#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

lundi 16 mai 2016

"Il dit que je suis trop lourde, trop grande, que je ne suis plus un bébé."

Décidément, le thème du petit frère/de la petite sœur est un puits sans fond d'inspiration pour les auteurs! Aujourd'hui, je vous présente un chouette titre des éditions Les Minots, paru dans la toute nouvelle collection Ceci-Cela : Trop grande trop petite, de Pog et Mélanie Fuentes.

Quand un petit frère arrive dans la famille, cela bouleverse l’ordre des choses, surtout pour sa grande sœur qui ne se sent pas si grande que ça.
On la responsabilise et elle n’est plus le centre des regards.
Où est sa place dans ce monde qui n’est jamais à la bonne échelle ?

Ce livre aborde surtout la peur du premier-né, celle d'être mis un peu à l'écart au profit du nouveau venu dans la famille. La petite fille que l'on suit tout au long de l'album découvre le paradoxe qui est le sien : à la fois trop grande pour être portée, mais trop petite pour choisir ses vêtements toute seule, est-elle toujours la petite ou bien est-elle devenue la grande?


Les illustrations sont focalisées sur la grande sœur perplexe, qui rentre parfaitement dans le cadre de l'image. On ne voit jamais le visage des adultes, ces géants, et le petit frère, quant à lui, est tout petit en comparaison de son aînée. Ce jeu ingénieux sur le point de vue montre avant tout que les interrogations de la petite fille, si elles peuvent s'expliquer, ne doivent pas être une source d'inquiétude. Elle est pile assez grande et assez petite pour avoir sa place à elle dans cette nouvelle famille à quatre. 

L'album aborde donc à la fois le problème de l'arrivée d'un petit frère ou d'une petite sœur, mais aussi les interrogations liées au fait que l'enfant prend conscience qu'il grandit, et que la frontière entre ce qu'il peut faire ou pas évoluera au fur et à mesure qu'il grandira. C'est subtil et intelligent, j'aime!


Un petit album qui aborde le fait de grandir comme une expérience floue et parfois paradoxale, porté par les illustrations douces et rigolotes de Mélanie Fuentes. Un livre qui explique et rassure!




Cette chronique vous a plu? Vous aimerez peut-être:

  

2 commentaires :

  1. De bien jolies illustrations : c'est toujours bien ces livres qui apaisent les craintes !

    RépondreSupprimer
  2. Les illustrations sont superbes et le thème semble bien traité ! Je le note, j'adore les beaux albums :)

    RépondreSupprimer