#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

jeudi 18 juin 2015

"Oui, c'est exactement ce que je pourrais faire. Sauf que."

J'aime beaucoup quand les éditeurs habillent les livres pour les petits comme des livres pour les grands. C'est le cas ici, avec des livres aux couvertures claires, quelques taches de couleurs, des livres qu'on est fiers de lire devant les copains. La collection Premier roman de chez Actes Sud Junior propose aux lecteurs (à partir de 8 ans, qu'y disent sur les couvertures) une série de textes de qualité, intelligents, drôles et différents. Aujourd'hui je vous parle de Sauf que d'Anne Vantal, paru en 2014.

Valentin, un petit garçon spécial comme disent ses parents, est sur la route de l'école. Valentin adore les chiffres, a ses petites habitudes, aime observer les gens monter et descendre du bus... lorsqu'il trouve, un matin, un portefeuille dans le caniveau. Ce petit événement qui sort de son quotidien bien rôdé va bousculer sa routine, au plus grand déplaisir de notre jeune héros.

"Je suis pétrifié devant l’abri d’autobus à soupeser le pour et le contre. Pour : je vais jusqu'au caniveau, je ramasse le petit rectangle noir, et je prends une décision. Contre : je risque de m’attarder, ce qui m’obligerait à courir et à faire des pas superflus qui viendraient ruiner mes statistiques. Je décide de passer mon chemin. Sauf que."

Le texte est d'une finesse exquise. On observe Valentin cogiter, chercher les meilleures solutions à tous les petits obstacles qui se dressent sur sa mission. Rien ne nous dit que Valentin est spécial, justement. Peut-être un poil maniaque, très curieux, mais difficile de mettre la main sur ce qui le rend, apparemment, différent des autres, jusqu'à la fin du roman où on comprend. 

Ce petit ouvrage court est curieux et émouvant. On le lit d'une traite, en se prenant d'amitié pour ce petit garçon finalement pas si différent, que l'on se met à comprendre et à soutenir.

Un petit roman, certes, mais un roman fort, qui permet de se mettre à la place de l'autre et de mieux tolérer ses bizarreries.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire