#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

jeudi 24 mai 2012

"Tout ce qu'il trouverait de coulant, gluant ou poudreux, il le jetterait dans le chaudron."

Quand je l'ai lu la première fois: Avril 2012
Pourquoi je l'ai lu: Je voulais connaître un peu plus Roald Dahl (que je connais déjà pas mal!) et mon amie Mathilde (encore elle!) l'avait dans sa bibliothèque.


La potion magique de Georges Bouillon, Roald Dahl
Lu en français, disponible en anglais sous le titre George's Marvelous Medicine
Première publication en 1981

Résumé made in Amazon:

La grand-mère de Georges n'est pas de ces adorables mamies gâteaux qui racontent des histoires et offrent des bonbons. Elle serait plutôt du genre sorcière, méchante et aimant faire peur aux enfants. Puisque c'est une sorcière, Georges décide de la transformer en lui concoctant une potion magique à sa façon. Du genre explosif. Une potion qui aura des effets plutôt inattendus...

Je suis tombée dans la marmite Roald Dahl toute petite, en visionnant Matilda et l'ancienne version de Charlie et la Chocolaterie (je ferai un article plus complet sur Dahl bientôt!). J'ai commencé à lire les romans il y a quelques années, lors du remake de Tim Burton, et depuis, chaque année, j'en lis un ou deux.

Cette fois-ci, c'est tombé sur La potion magique de Georges Bouillon. Comme toujours, avec Dahl, le texte se lit tout seul, et vite! Il joue avec les mots et les situations comme un magicien joue avec les illusions. C'est un délice de dextérité, de simplicité et d'invention. Georges multiplie les ingrédients saugrenus dans sa marmite à la manière d'un inventaire à la Prévert, c'est amusant, parfois dégoûtant, on se plaît à sourire et à faire la grimace en lisant la longue liste des composants de l'atroce mixture. La magie intervient au milieu du roman, c'est drôle et cocasse, et les superbes illustrations de Quentin Blake (aaah, Blake <3) permettent de mieux s’immerger dans ce petit univers simple et haut en couleurs!

Un bémol cependant. Et oui, un bémol! La façon dont est traité le personnage de la grand-mère m'a complètement étonnée. Chez Roald Dahl, d'habitude, il est normal que les personnages mauvais soient punis et les bons récompensés. Ici, non seulement la grand-mère est punie, mais tout ce qui lui arrive n'émeut personne. Sans vouloir spoiler, la fin du roman n'inquiète personne, pas même la mère de Georges, qui pourtant voit sa mère réduite à néant. la famille passe à autre chose, et tout ce qu'on retient c'est que la magie peut intervenir d'un coup sans prévenir dans le quotidien.

Qu'en avez-vous pensé? Avez-vous le même sentiment d'étrange malaise que moi?

Quoiqu'il en soit ce roman demeure l'un des romans phares de Roald Dahl et il faut le lire, ne serait-ce que pour accroître vos connaissances en littérature jeunesse britannique!

2 commentaires :

  1. Je ne l'ai pas encore lu celui-ci mais Dahl est un auteur vraiment génial. :)

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu il y a pas mal de temps, j'étais tout petit. J'en garde un excellent souvenir mais je me souviens que c'était une lecture bizarre, oui, atypique sur l'histoire et la fin..

    Vini

    RépondreSupprimer