#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

jeudi 26 janvier 2017

"Ils arrivent tous avec une histoire. Et nous sommes là pour les accompagner, et les aider à écrire cette histoire."

Un roman de la collection Exprim' est toujours lumineux, mais celui-ci l'est peut-être un peu plus que les autres. Venez avec moi, quittez la grisaille et le froid de cette fin janvier et passez quelques minutes en été avec Vasco et Djib.

Vasco et Djib, deux banlieusards inséparables, sont envoyés pour un été en pension au coeur de la Nièvre... Un choc des cultures, des personnages flamboyants : la vie belle, les belles vies.

C'est tout ce que nous dit la quatrième de couverture, accompagnant cette photographie qui sent le soleil, l'air de la campagne et la crème solaire. On plonge dans le récit de l'été de Djib et Vasco, deux banlieusards parisiens qui accumulent connerie sur stupidité et qu'on envoie, le temps d'un été, dans une famille d'accueil en espérant que ça leur remette les idées en place. Ce ne sont pas de mauvais gamins, ils n'ont rien de grands délinquants, mais les parents espèrent qu'un été loin de leur cité les aidera à prendre du recul. Ils se retrouvent chez Tonton et Tata, un couple qui a passé sa vie à en redonner une à des gamins paumés, et où se trouve déjà une ribambelle de jeunes gens. A coup de balades en vélo, de fêtes foraines et de baignades dans le lac, Djib et Vasco vont redécouvrir ce qui donne le sel à la vie, tomber amoureux, s'expliquer, se pardonner et grandir aussi un peu.

C'est un texte terriblement optimiste, qui fout la patate et donne des envies de pique-nique en plein champ. On s'attache à tous ces enfants perdus et pour ma part, j'ai presque été déçue de voir que le roman se terminait si vite. Quelques pages et pouf! Tout un été de passé. Comme dans la réalité, où le présent se transforme vite en souvenirs.

Un sans fautes pour Benoît Minville pour ce roman de vacances où il ne manque pas grand chose pour en faire un coup de cœur, mais où il met en scène la vraie vie avec de vrais mots, sans fioritures, simple et compliquée en même temps. Un régal!

Vous avez aimé cette chronique? Vous aimerez peut-être:

  

1 commentaire :

  1. Il est dans ma PAL et j'ai trop trop hâte de le lire ! J'attends les beaux jours, vers mars pour le lire, il a l'air superbe!

    RépondreSupprimer