#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

lundi 23 mars 2015

"Rendre compte de la chance qui arrive."

L'été de mes nuits blanches de Pauline Penot
Editions Thierry Magnier


Présentation : Gaël traîne son mal être et sa culpabilité comme un fardeau. Sa sœur aînée, Alix, a toujours mieux fait que lui (pense-t-il) : brillante élève entourée d’une cohorte de copains/copines, noctambule avertie, elle a le sens du rire et de la joie, tandis que lui, Gaël, pleurniche sur son sort. Au lieu du périple en Australie dont il rêvait, le voici saisonnier au château de Blois dont sa belle-mère est conservatrice. Géniales les vacances en perspective.
Contre toute attente, il va réaliser que les vacances à Blois vont être bien plus exaltantes qu’il ne l’aurait pensé.
Petit roman qui passe inaperçu sur les étagères des librairies, L'été de mes nuits blanches est pourtant une très belle découverte. Il y est question de mal-être adolescent, de dépression, d'accidents de la vie, de vacances d'été ennuyeuses et de rencontres salvatrices.

Gaël se retrouve à passer l'été à Blois, chez son père, histoire de travailler un peu pour s'offrir un scooter. Car il semble qu'il n'y a que quand il est en scooter, avec son beau-frère, qu'il retrouve un peu goût à la vie. Cet ado au bout du rouleau, croulant sous le poids de ses propres attentes, est d'abord complètement pitoyable et presque antipathique pour, peu à peu, devenir maladroit, attendrissant et un peu bête. A Blois, c'est malgré lui que la vie se met à le chatouiller. Au milieu de ses insomnies chroniques et de ses angoisses, c'est en apprenant à découvrir sa belle-mère, en visitant les vieilles pierres, en lisant les poèmes de François Villon et en laissant son cœur battre pour une jolie fille qu'il réussira à trouver le chemin d'une vie plus douce, moins amère.

La plume de l'auteur, surtout, est d'une délicatesse exquise. Pauline Penot rend compte du mal-être de Gaël avec beaucoup de crédibilité. La façon dont le passé, à Blois, se mêle au présent est très agréable sans être trop documentaire. On en dit juste assez sur l'histoire de Blois et du poète escrot pour avoir envie d'en savoir plus, sans nous noyer dans les faits historiques. Penot malmène son héros pour mieux le sauver, et c'est avec de très belles phrases et de jolies tournures qu'elle nous mène, nous, vers une jolie fin ensoleillée.

J'ai énormément apprécié ce court roman des éditions Thierry Magnier, qui après La vie de [...] Lara Schmitt, ne cessent de me faire des clins d’œil et m'appellent à lire plus de leurs titres. Et vous, avez-vous des titres de ces éditions à me conseiller?

4 commentaires :

  1. N'ayant plus de sous pour acheter des livres à la médiathèque (enfin presque plus), je regarde notre officice en espérant avoir des livres à renvoyer puisque nous ne pouvons garder que les meilleurs. Et là... paf! une chronique positive par une bloggeuse de confiance! Bon bah je ne vais pas le renvoyer celui-ci... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh là là le coup de pression!!! :p Je sais comme c'est difficile pour les médiathèques de rester dans leur budget tout en ayant un panel le plus attrayant possible pour le public... Celui-là est vraiment, vraiment très chouette mais il faut le conseiller pour que les gens le prennent, le format est trop original, et puis les récits de vie ados francophones se font évincer par John Green et compagnie... Je te fais confiance! <3 Merci pour la tienne :)

      Supprimer
  2. je vous conseille "Le cœur n'est pas un genoux que l'on peut plier" de Pauline Penot également et Sabine Panet. La suite en plus doit sortir cet été.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour les conseils, je les note précieusement! :) Je suis à la recherche de chouettes petits romans à lire au soleil, en plus, vous tombez à pic! ^^

      Supprimer