#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

vendredi 27 novembre 2015

"Tout le monde mérite une ovation au moins une fois dans sa vie, parce que nous triomphons tous du monde."

Petite lecture qui a bouclé mon cycle de "romans pour ados à sujets difficiles", Wonder fut une jolie découverte ensoleillée.

Je m'appelle August. 

Je ne me décrirai pas. 

Quoi que vous imaginiez, c'est sans doute pire.

Né avec une malformation faciale, Auggie n'est jamais allé à l'école. 

A présent, pour la première fois, il va être envoyé dans un vrai collège... 

Pourra-t-il convaincre les élèves qu'il est comme eux, malgré tout?

Nous rencontrons August, qui rentre en sixième. C'est la première fois qu'il va à l'école. Jusqu'ici, ses multiples opérations l'avaient conduit à être scolarisé à la maison. Mais là, c'est le grand bouleversement. Il se retrouve dans un grand collège prestigieux, et même s'il a l'habitude qu'on le dévisage et qu'on le pointe du doigt, ça reste une expérience désagréable. Dans son voisinage, tout le monde le connaît et s'est habitué à son visage particulier ; à l'école, il doit repartir de zéro et encaisser les blagues cruelles et les regards effrayés. Heureusement, il peut compter sur une famille aimante, un principal compatissant et ses deux nouveaux amis, Summer et Jack, pour essayer de s'intégrer.

Le petit plus de ce roman, c'est qu'il est à plusieurs voix : le visage d'August a attiré autour de lui des gens aux passés et personnalités très différentes. Chacun des narrateurs - sa sœur, le copain de sa sœur, ses amis à l'école - a eu une approche différente de la bizarrerie d'August, avec leurs failles et leurs défauts, ce qui rend la narration très humaine et réaliste. Si l'on aimerait tous penser, en lisant, que nous serions le type de personnes qui iraient spontanément vers quelqu'un affublé d'un tel handicap, il faut être réaliste et se dire qu'une bonne partie d'entre nous réagirait d'abord avec répulsion. C'est de cela que parle Wonder, de notre rapport à la différence, de l'empathie, de la générosité, de l'injustice.

J'ai notamment beaucoup apprécié les différents tons qu'adopte Palacio lorsqu'elle prend le point de vue de chacun des personnages différents. Lorsqu'on est avec August, il a réellement les réflexions d'un enfant de dix ans un peu capricieux. Lorsqu'on est avec Miranda, l'amie de sa sœur à la famille explosée, on a le discours d'une ado de quinze ans un peu paumée. On se glisse dans la peau des différents personnages avec une facilité étonnante. C'est vraiment très agréable!

Wonder est un charmant petit roman solaire qui met du baume au cœur et nous pousse à l'altruisme. A mettre entre toutes les mains!

6 commentaires :

  1. J'avais beaucoup aimé Wonder. C'était un très bon roman jeunesse !

    RépondreSupprimer
  2. Ce roman m'intrigue, il a reçu des éloges, et d'autres qui le sont un peu moins. Mais aucun doute, il ne passe pas inaperçu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avouerai que je m'attendais à plus dur, à plus "épique", mais au final la douceur du ton et le côté chaleureux du récit m'ont tout aussi conquise :) Jettes-y un oeil à l'occasion, il se lit très vite!

      Supprimer
  3. C'est vrai que le (on pourrait même dire les) ton employé dans le livre est à la fois juste et doux, mais je regrette que Julian n'ait pas eu le droit à son propre chapitre, c'est l'un des personnages phares du roman même s'il est détestable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis assez d'accord avec toi, moi j'aurais beaucoup aimé avoir des chapitres du point de vue des parents d'August, aussi!

      Supprimer