#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

dimanche 26 avril 2015

"Miroir, Miroir sur le mur..."

Blanche Neige, Benjamin Lacombe
Edité chez Milan

Benjamin Lacombe est l'un des illustrateurs incontournables de la dernière décennie. Son style particulier, tout en enfants pâles aux grands yeux, habité d'animaux plus ou moins morbides, avec une atmosphère oscillant entre le merveilleux et le gothique, a profondément marqué le monde éditorial de ces dernières années. Comme beaucoup de gens, j'ai succombé pendant un temps à ce trait particulier, et même si aujourd'hui je commence à penser que ce monsieur a un peu de mal à se renouveler, je chéris encore avec tendresse les quelques albums que je possède. Blanche Neige en fait partie.


Lacombe revisite ici le conte, version frères Grimm, lui redonnant tout son côté sombre et inquiétant. Les couleurs sont très foncées ; les touches de rouge, parcimonieuses, rappellent sans cesse la couleur du sang ; la mort rôde à chaque page, sous la forme de corbeaux, de pommes empoisonnées ou d'ombres entre les arbres... C'est un très bel album qui montre le côté face des contes, celui que tant d'éditeurs, professeurs ou prescripteurs tentent de gommer de peur d’effrayer les enfants. Ce côté sombre qui, pourtant, a en partie fait le succès de l'histoire!


Blanche Neige de Benjamin Lacombe est donc un très bel objet pour ceux qui, comme moi, aiment lire les contes tels qu'ils ont été écrits. Le petit plus de cette édition, c'est que Lacombe et ses éditeurs ont décidé de conserver des détails souvent mis de côté dans les réécritures de Blanche Neige, comme les animaux qui se ruent sur elle dans la forêt pour la recouvrir de fourrure et la cacher aux yeux du chasseur...

Un petit trésor sombre et délicieux qui ravira les amoureux des belles histoires et qui chérissent la part d'ombre qui réside en chacun de nous.

4 commentaires :

  1. Je ne pense pas qu'il souhaite vraiment se renouveler : il a sa patte, le public l'aime et il se retrouve, je pense, un peu coincé. Tous n'ont pas la même force et la même intensité, je trouve. J'aime bien Blanche Neige :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, je pense qu'un artiste qui a un trait particulier en devient du coup un peu l'esclave. Mais bon on ne peut nier qu'à force ça devient lassant. C'est triste et mercantiliste mais c'est un peu vrai :/ Comme les travaux de Rebecca Dautremer, ou même Gorjuss par exemple... Mais bon j'admire toujours autant la réalisation et le souci du détail! ^^ J'aimerais juste beaucoup le voir prendre des risques!

      Supprimer
  2. C'est vrai qu'il est beau cet album. J'aime bien le Blanche Neige car son trait correspond bien à ce conte. Mais je ne suis pas fan de lui non plus... (dit la fille qui a en face d'elle une belle affiche de Madame Butterfly)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je devrais feuilleter ses derniers albums parce que j'avoue que depuis Blanche Neige j'ai un peu regardé les nouveautés passer sans mettre le nez dedans!

      Supprimer