#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

jeudi 12 mars 2015

"Ceux qui pensent que les sorciers sont des super-héros n'y connaissent rien."

Mauve de Marie Desplechin
Ce livre est la suite de Verte et de Pome, tous trois parus à l'Ecole des Loisirs.
Présentation: Mais… mais qu’est-ce qui se passe, en ce moment ? Pome est d’une humeur terrible, Verte va s’enfermer dans sa chambre. On les connaît pourtant, cela ne leur ressemble pas du tout. Une crise d’adolescence ? Ce serait trop facile. La fatigue ? Certainement pas. Lorsque Pome revient des cours avec un bleu au visage, le doute n’est plus permis : quelque chose ne va pas. Depuis l’arrivée d’une nouvelle au collège, tout semble détraqué. Une nouvelle… quelle nouvelle ? Verte et Pome ne veulent absolument pas en parler. Dès que l’on prononce son nom, une scolopendre surgit ! Et que fait la police dans ces cas-là ? Et que font les sorcières ?
Les petites héroïnes Verte et Pome ont grandi. Dans ce troisième tome de leurs aventures, on les retrouve adolescentes, et le moins que l'on puisse dire, c'est que tout ne tourne pas rond. Une nouvelle, à l'école, semble les avoir désignées comme victimes. Les deux demoiselles, et surtout Pome, deviennent la cible des moqueries, des injures et parfois même de coups dans la cour du collège... Mais que se passe-t-il?

Comme dans les deux précédents livres, le récit est mené à plusieurs voix. La grand-mère Anastabotte, le grand-père Ray, les mères Ursule et Clorinda, le jeune Soufi, tous se retrouvent à un moment narrateur d'une histoire dont ils sont tous les victimes. En s'entraidant, avec humour et courage, ils parviendront sans doute à surmonter les obstacles et à régler cette situation cauchemardesque!

Dans Mauve, Marie Desplechin semble d'abord nous parler de la crise d'adolescence. Très vite, elle nous mène sur la voie du harcèlement scolaire, pour finir par nous pointer du doigt le vrai Mal, celui qui ronge une société et qui pourrit les hommes de l'intérieur : ce sont les idées faciles, dont il faut toujours se méfier, car ce sont elles qui créent les boucs émissaires et qui masquent la réalité. L'auteur nous entraîne donc avec délicatesse d'un simple récit de gamines embêtées à l'école vers une fable fantastique où tout un chacun peut voir une critique juste et franche de notre société actuelle.

En revisitant le thème de la chasse aux sorcières, c'est un roman intelligent et vif que signe cette fois-ci Marie Desplechin. Les lecteurs de tout âge y trouveront leur compte, même si j'ai trouvé qu'il y avait trop de clins d'oeil aux adultes pour que le roman soit complètement accessible aux plus jeunes. En effet, Gérard et Ursule, anciens amants et parents de Verte, semblent avoir énormément de mal à communiquer et à se comprendre ; Anastabotte vit dans le souvenir de son défunt mari tout en essayant de profiter de la vie en côtoyant Ray ; Clorinda pète un plomb en croisant chaque jour des voisins bien-pensants qui la jugent du regard... Fort heureusement, tous trouveront des solutions à leurs problèmes grâce au courage et aux talents de Pome, Verte et Soufi. 

Un très chouette instant de lecture qui passe à une vitesse folle, mené avec un style dynamique et drôle, sans jamais verser dans le dramatique malgré les thèmes abordés. En bref, je vous le conseille fortement, surtout si vous êtes nostalgiques des petites héroïnes rencontrées quand vous étiez plus jeunes!

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire