#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

mercredi 2 septembre 2015

"Tant de bonheur, ça ne peut pas durer."


Il y a des bouquins dont on retarde la lecture pendant des mois, parce qu'on sent qu'on va adorer, qu'il faut le conserver pour un moment magique, une bulle de temps précieuse où on pourra déguster les pages... Et puis en fait, une fois le livre terminé, on se retrouve presque déçu. L'histoire d'une jolie désillusion avec Jonah de Taï-Marc Le Thanh, édité chez Didier Jeunesse.

"Depuis que je te connais Jonah, je sais que tu es un enfant exceptionnel." M. Simon, le directeur de l'orphelinat, ne croit pas si bien dire. Arrivé à l'adolescence, les qualités surnaturelles de Jonah vont susciter l'intérêt d'une mystérieuse société secrète... Quand le jeune garçon disparaît soudainement, Steve, Fillipus, Robert et Alicia décident de s'enfuir pour retrouver leur ami.

Jonah est une aventure étrange et poétique, mélange de road-trip, de course-poursuite à l'américaine et de conte de fées, au style éthéré et poétique, avec des scènes d'action spectaculaire, dans un univers très flou. 

Si l'on se laisse volontiers séduire par les personnages - M.Simon, le directeur de l'orphelinat tendre et mélancolique, Steve, Robert et Fillipus, les trois copains de Jonah attachants, drôles et baroudeurs, ou Alicia, la douce jeune fille muette qui brille par ses sourires - il est difficile de suivre le fil de l'intrigue.

Tout débute avec la naissance de Jonah, un petit garçon orphelin, né sans mains, qui décide dès son premier souffle de refuser le malheur et la tristesse. Sa présence à l'orphelinat est quasiment magique, car le bâtiment qui pourrait être lugubre et glauque est un véritable concentré de rires, de chansons et de bonne humeur. Il s'attire la sympathie de tout le monde par sa curiosité, son intelligence, et par son adresse à vivre sans mains. Mais Jonah a aussi un secret : deux petites voix dans sa tête, autonomes, l'aident, le conseillent et le protègent, et découvrent peu à peu qu'elles existent car Jonah a des pouvoirs particuliers. Après un accident qui le mènera à l'hôpital faire un scanner, le jeune garçon se retrouvera poursuivi par une organisation secrète qui repère les jeunes gens comme lui. Ses amis partent à sa recherche, Jonah s'enfuit, il y a des tas de rebondissements et des surgissements de nouveaux personnages... Et on s'y perd.

Je crois que ce roman divise les gens. D'un côté, ceux qui ont adoré ce ton de conte pour traiter d'une histoire de fantasy contemporaine sur fond d'enquêtes et de sociétés secrètes. De l'autre, ceux qui ont eu du mal à s'y retrouver dans le mélange des genres, et je fais partie de cette seconde moitié de lecteurs. Pourtant, j'avais vraiment envie d'adorer! Mais le charme n'a pas pris.

Certaines scènes d'action sont gratuites et trop longues, les explications à certains événements complètement what-the-fuckesques, Jonah si incroyable et parfait qu'il m'en apparût presque fade, l'univers trop flou et l'aller-retour incessant entre le ton du conte et celui de la course-poursuite de série télé indigeste. 

Mais j'ai aussi adoré les personnages secondaires, l'écriture poétique et pleines d'images qui font gonfler le cœur, le contrepied pris face aux romans pour ados du même genre.

Du coup, j'ai déjà acheté le tome 2, histoire de donner une seconde chance à cette série et peut-être enfin comprendre ce qui a fait de Jonah un petit phénomène dans la littérature jeunesse contemporaine.

Et vous, avez-vous lu Jonah? Qu'en avez-vous pensé? Me conseillez-vous d'autres séries du même genre?

4 commentaires :

  1. Intéressant tout ça... Il ne me tentait pas trop celui-là! Là je suis curieuse! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah franchement j'aimerais bien que tu le lises, histoire de savoir si ce que j'en pense est justifié ou pas! é_è

      Supprimer
  2. Ouf, je suis contente que tu veuilles quand même lire le 2e, parce que je pense vraiment que Jonah mérite une deuxième chance. (C'est marrant que tu trouves le personnage trop parfait, parce que j'ai justement vu beaucoup d'ironie là-dedans, comme une espèce de supériorité handicapante...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais peut-être trop terre-à-terre pour vraiment apprécier (l'ironie!) mais vraiment je m'attendais à autre chose. J'ai même du mal à résumer l'histoire tant tout est flou dans ma tête après la lecture! :/ j'ai hâte de lire ta chronique!

      Supprimer