#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

vendredi 11 septembre 2015

Coup de coeur vidéo - The March Family Letters

Je ne vous ai pas parlé de ma lecture de Little Women (plus connu sous le nom de Les Quatre Filles du Docteur March en français) de Louisa May Alcott, que j'ai lu il y a maintenant plus d'un an. Ce fut pour moi une découverte absolue, je ne connaissais de l'histoire que les bribes que j'en avais saisies à droite et à gauche à la télé ou dans des revues. J'ai beaucoup aimé suivre les aventures de cette fratrie de sœurs aux caractères tous bien trempés, dans une Amérique entre deux âges, essayant comme elles le peuvent de trouver leur place dans un monde qu'elles ne connaissent pas. Leurs petites aventures du quotidien, leurs disputes et leurs grandes joies m'ont émue et j'ai même pardonné le ton parfois trop moralisateur de certains épisodes tant je me suis attachée à Meg, Jo, Beth et Amy. Les voir grandir et mûrir est un véritable plaisir.

Mais aujourd'hui, je ne vais quasiment pas vous parler de ce livre. En effet, c'est d'une chaîne vidéo sur Youtube que je souhaite vous parler. Et pas n'importe laquelle : Pemberley Digital. Tenez bon, je vous explique!

Pemberley Digital est une chaîne américaine (avec de très bons sous-titres, parfois en français) qui s'est spécialisée dans l'adaptation de classiques littéraires sur ce nouveau support qu'est le vlog. Les personnages des romans tant aimés prennent vie devant la caméra dans notre monde moderne et les intrigues sont transposées dans notre monde occidental du vingt-et-unième siècle. 

J'avais déjà A-DO-RE leur première adaptation, celle d'Orgeuil et Préjugés de Jane Austen : The Lizzie Bennet Diaries. Elisabeth Bennet est une jeune étudiante en communication et marketing et se lance dans une chaîne de vlogs pour un projet universitaire. Elle y raconte sa vie, se grimant pour représenter ses amis, sa famille et son nouveau voisin, William Darcy, cet arrogant prétentieux et riche. C'est frais, c'est drôle, c'est addictif : je tombais amoureuse du concept et je dévorais l'intégralité des cinquante épisodes en deux nuits.

Ensuite, j'ai regardé Frankenstein MD, où la jeune Victoria Frankenstein, brillante interne en médecine aux ambitions démesurées, tient une chaîne de vulgarisation scientifique où elle espère pouvoir démontrer que redonner la vie à un cobaye mort est possible. C'est sombre, c'est glauque, c'est crédible et ça respecte l'oeuvre originale d'une façon surprenante. Je décidais de surveiller les nouveautés de Pemberley Digital.

Et là, j'ai dévoré en une soirée leur dernière série, The March Family Letters. Meg, Jo, Beth et Amy sont quatre sœurs coincées entre l'après-lycée et l'avant-vie-d'adulte. Leur mère a dû quitter la maison, elle a été déployée à l'autre bout du monde (elle est dans l'armée), alors les filles décident de lui envoyer régulièrement des vidéos pour lui raconter comment se passe la vie dans leur maison au fin fond du Canada. Première vidéo pour vous donner l'eau à la bouche:


J'étais un peu sceptique au début, notamment à cause de l'actrice qui joue Jo, qui a une bouche IMMENSE et on ne voit que ça, mais au final, j'ai été profondément touchée par cette série. Les créateurs se sont réappropriés ces quatre personnages d'une façon intelligente, moderne et drôle.
  • Meg, l'aînée, est à l'origine une jeune fille qui rêve de bals, de robes qui tournent et d'un chevalier servant aisé. Ici, c'est une étudiante en ingénierie qui sacrifie tout son confort et son bien-être dans l'espoir d'avoir un travail bien payé, et elle finit par découvrir que le bonheur est loin de se mesurer à la taille d'un compte en banque.
  • Jo est dans l'oeuvre originale une jeune fille libérée, qui n'hésite pas à se couper les cheveux courts et à réclamer de porter des pantalons, quitte à faire scandale dans le voisinage. Elle joue de son pseudo unisexe pour proposer à des journaux ses textes, dans l'espoir d'être publiée. Chez Pemberley Digital, elle est une fana de films d'action et travaille sur des courts-métrages en espérant les voir acceptés lors de festivals. Elle a des tatouages, elle est bruyante, elle se fiche des conventions filles/garçons et se complaît dans son rôle de garçon manqué.
  • Beth reste une jeune fille timide à la santé fragile, qui aime la musique et sait jouer de la guitare (elle joue du piano dans le roman). Mais c'est aussi un personnage qui souffre énormément d'anxiété, qui n'aime pas rencontrer des étrangers et qui essaie de vivre avec cette peur permanente dans les tripes.
  • Amy, enfin, la benjamine, est dans le roman comme dans la série une jeune fille qui fait tout pour briller dans l'ombre de ses sœurs. Elle conserve ici, dans la série de Pemberley Digital, son talent pour le dessin et son goût pour les mots improbables et le français, mais elle s'efforce également de se faire une place sur Youtube avec une chaîne de vlogs à elle et de devenir quelqu'un d'intéressant.
Et ça marche. Des sujets délicats et polémiques sont abordés sans tabous : la possibilité de l'amitié fille-garçon, l'homosexualité, l'anxiété, l'agoraphobie, l'introversion, la reconnaissance, la question du genre, la réussite sociale face à la réussite personnelle, la maladie... Si c'est parfois un peu téléguidé, ça reste drôle et frais, on s'attache éperdument à ces jeunes filles pleines de ressources, on apprend plein de choses en même temps qu'elles, et peut-être même qu'on les accompagne sans le savoir sur le chemin de l'âge adulte.

Je vous encourage chaudement à vous intéresser à cette série. Les sous-titres sont en anglais uniquement pour le moment, mais c'est assez accessible pour tout débutant un peu lacunaire!

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, et à très vite!

2 commentaires :

  1. Bonjour !
    J'en pense que j'ADORE les 4 filles du Dr March, il restera toujours un de mes livres préférés, je l'ai lu... de nombreuses fois !
    Au point de me faire avoir il n'y a pas longtemps, en achetant, dans une brocante, "la filleule du Dr March"... C'est écrit par le même auteur, on retrouve un peu l'ambiance et on y parle (une fois) du Dr March, mais c'est tout !
    Quand à la série "The March family letters", il va falloir que je révise un peu mon anglais pour tout comprendre...
    Merci pour la découverte,
    Nathalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je l'ai découvert en anglais, j'ai vu qu'il y avait une suite, "Good Wives", et du coup je suis très très tentée! Mais fais attention à l'édition que tu as en français, car c'est un livre qui a été de nombreuses fois traduits et modifié par rapport à l'édition originale... March n'est pas un docteur mais un pasteur, la douce Beth ne se remet pas de sa maladie... Vérifie ton texte et si jamais, essaie de découvrir l'oeuvre originale ;)
      Quant à la vidéo, leurs sous-titres en anglais sont très clairs et faciles à suivre!
      Merci pour ton commentaire ^^

      Supprimer