#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

jeudi 4 juin 2015

"Il arrive toujours un moment où il faut s'en aller."


Allez, je suis en mode bande dessinée en ce moment! Aujourd'hui, poésie et onirisme avec le superbe titre d'Amélie Fléchais et Séverine Gauthier, L'homme montagne, publié chez Delcourt en mars dernier.

"Grand-père ne peut plus voyager. Les montagnes qui ont poussé sur son dos tout au long de sa vie sont devenues trop lourdes. L’heure est venue pour lui de penser à son dernier voyage, mais c’est un voyage qu’il doit faire seul. L’enfant lui fait alors promettre de ne pas partir tout de suite. Il va aller chercher pour lui le vent le plus puissant qui soit, celui qui peut soulever les montagnes."

Le jeune héros de ce superbe album, l'enfant, s'embarque dans son premier voyage en solitaire pour aider son grand-père à faire son dernier voyage. Durant son périple, il va croiser une ribambelle de créatures qui l'aideront à atteindre son but.

Mais il ne faut pas être un lecteur très éclairé pour comprendre que Séverine Gauthier a surtout voulu nous parler du cycle de la vie, de la mort et de la naissance, de ce qui pousse les hommes à avancer, des voyages et des rencontres qui nourrissent le cœur et l'esprit.

Difficile (pour moi en tous cas) de ne pas songer au Petit Prince de Saint-Exupéry en suivant les péripéties de cet enfant découvrant seul le vaste monde! Le texte n'est que finesse et poésie, on se délecte des dialogues comme des passages en voix off qui vont à l'essentiel. Pas de blabla inutile dans L'homme montagne, uniquement de belles phrases soigneusement pensées qui concentrent à elles seules des idées profondes.


Evidemment, Amélie Fléchais fait des merveilles au dessin. Son style (dont j'étais déjà tombée amoureuse dans Le Petit Loup Rouge ou encore Chemin perdu) sert parfaitement le propos de Gauthier, en donnant à ce conte initiatique un univers onirique, légèrement pâle et flou. Les créatures que l'on y croise ont des allures de monstres primitifs  : on ne sait trop dire si l'inspiration est slave, japonaise, inca, africaine ou tout cela à la fois! Les décors que l'on traverse ont également ce côté polymorphe, ce qui donne au livre une véritable dimension universelle.


Tout le monde peut donc aborder cette bande dessinée, riche de ses différents niveaux de lecture, de ce côté universel, d'un texte intelligent et émouvant. Je n'ai personnellement pas pu m'empêcher de sentir mon cœur se gonfler au fur et à mesure que j'avançais dans le récit, et j'ai même - si, si! - versé une petite larme! 

Si vous aimez les contes, les leçons de vie, les belles histoires, les rêves, alors plongez dans L'homme montagne, un petit trésor qu'on relit plusieurs fois avec tendresse... vous ne le regretterez pas!

6 commentaires :

  1. Quelle merveille. A chaque fois que je lis des chroniques de cet album, ça me fait rêver! J'aimerais l'avoir entre les mains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bah allez, go go go! :D On va chez son libraire préféré et on fait sonner ses petits sous! ^^ Franchement tu ne le regretteras pas :)

      Supprimer
    2. J'aimerais bien mais je vis en Suède et malheureusement, peu de chance que je le trouve! :'(

      Supprimer
    3. Alors apparemment il y a cette librairie française à Stockholm, qui d'après les critiques internet a de tout! Peut-être peux-tu te rapprocher d'elle et voir si elle peut te commander le livre? http://www.mybestaddressbook.com/addresses/address-la-plume-de-ma-tante/

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Il l'est! Gros coup de cœur de la première moitié de l'année!

      Supprimer