#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

jeudi 8 janvier 2015

"9. Parfois, pour être soi-même, il faut s'oublier et devenir quelqu'un d'autre."

Humains, de Matt Haig
Titre original : Humans. Lu chez Hélium.

Quatrième de couverture:  
La condition humaine... Vue par un extra-terrestre.
Un extra-terrestre débarque sur Terre pour prendre la place et l'apparence du professeur Andrew Martin, éminent mathématicien de l'Université de Cambridge qui a résolu une équation majeure pour l'avenir de l'humanité.
Ses impressions sont loin d'être positives: il est dégoûté par la façon dont les humains le regardent, par ce qu'ils mangent, par la facilité avec laquelle ils assassinent et font la guerre. L'extra-terrestre est tout aussi déconcerté par les concepts d'amour et de famille, qui lui sont totalement étrangers. Pourtant, plus le temps passe, plus il commence à apprécier certaines facettes de cette étrange espèce...
Un beau matin d'août, je descends mon petit chariot de nouveautés pour les ranger en magasin, et je ne me doute pas qu'au fond de l'un d'eux se dissimule, tapi dans l'ombre, un roman qui va me faire passer un superbe moment de lecture. Humains est, comme je vous l'ai dit en début de semaine, l'un de mes gros coups de cœur de l'année 2014. Et oui, enfin, je vous en parle. Oh ça va hein, ne me faites pas ces yeux-là!

Le résumé au dos du livre n'est pourtant pas le plus aguicheur qui soit, mais j'ai fini par craquer quand Sylvie, la libraire chez qui j'ai fait mon stage, me l'a rudement conseillé. Ni une, ni deux, plouf! J'ai plongé dedans.

Le récit est un peu long à démarrer : on se retrouve projeté dans l'esprit d'un extraterrestre dont la mission est d'incarner un professeur de mathématiques, de mener l'enquête auprès de ses proches et d'abattre quiconque aurait eu vent de sa découverte. Il faut dire que notre narrateur a une bien piètre opinion des humains : contrairement à nous, Monsieur est immortel, n'a aucune attache et regarde avec dégoût notre physique, nos guerres, nos repas et notre espèce toute entière. Autant dire qu'on a beaucoup de mal à s'attacher à lui. Team humains, bitches.

Et puis petit à petit, son séjour parmi nous le mène à s'interroger sur des questions métaphysiques qui nous traversent tous un jour, mais qui le surprennent car il n'a jamais vécu de crise existentielle.

Soudain, de farce ironique qui jette un regard amer sur notre monde, on passe à une fable métaphysique qui pose les vraies questions et propose quelques réponses. Qu'est-ce qui compte vraiment? A quoi ça sert, l'amour? Que faut-il chérir?

D'aucun peut penser que le roman se termine un peu trop bien, un happy ending facile, mais j'ai refermé mon livre avec une sensation d'apaisement très agréable. Le passage des "conseils à un humain" que donnent l'imposteur à son faux fils est un véritable morceau de bravoure que j'ai relu une vingtaine de fois depuis.

Beaucoup de petites vérités, de douces surprises et d'émerveillement dans Humains. Ne vous fiez pas à son look de SF des seventies : c'est une jolie histoire, en fin de compte, qui vous nourrit d'optimisme.

Je m'interroge cependant toujours sur la raison pour laquelle ce roman a terminé en jeunesse. Je ne le conseille en librairie qu'à partir de quatorze ou quinze ans (il y a un petit peu de sexe, un petit peu de langage hard et des interrogations un petit peu poussées), mais je suis persuadée qu'un lecteur adulte y prendra aussi du plaisir. Peut-être que ce choix éditorial a été guidé par l'espèce de fin en forme de morale, je ne sais pas. Quoiqu'il en soit, je recommande chaudement la lecture de ce petit ovni à quiconque veut déguster une chouette surprise!

3 commentaires :

  1. J'ai très envie de lire ce livre. Il va directement dans ma liste de livres à lire. Merci pour la suggestion!

    RépondreSupprimer
  2. @Melli -> Oh bah de rien! J'espère vraiment qu'il te plaira, je trouve sincèrement que c'est un très joli texte que plus de monde devrait connaître. Tu me diras ce que tu en auras pensé? :)

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tellement d'accord avec toi ! Apaisant, c'est le mot.

    Et ce passage final des conseils est juste parfait !

    RépondreSupprimer