#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

lundi 21 mai 2012

"Les vies privées de sens sont comme des trains qui ne s'arrêtent pas dans votre gare."

Quand je l'ai lu la première fois: Mai 2012
Pourquoi je l'ai lu: Mon amie Mathilde me l'a mis dans les mains en me certifiant que c'était l'un des meilleurs livres qu'elle ait jamais lus. Je l'en remercie.


L'Ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon
Lu en édition Livre de Poche. Cliquez sur l'image pour être redirigés sur Amazon.
Disponible en espagnol sous le nom La Sombra del viento.

Quatrième de couverture:

Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, " ville des prodiges " marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets enterrés dans l'âme de la ville : L'Ombre du Vent. Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.
Je me méfie des best-sellers comme de la peste. Je fais partie de ces gens hypocrites qui se méfient du trop grand succès d'un livre, surtout quand en lisant la quatrième de couverture je soupire en me disant: "Encore un livre sur l'après-guerre, un pavé initiatique aux allures de roman historique. Bof." 

Mais L'Ombre du vent est une surprise, presque un cadeau. J'aurais dû me douter que j'allais vite me laisser envoûter ; ce n'est pas pour rien que l'éditeur fait référence au Fantôme de l'Opéra, l'un de mes romans préférés.

Je ne vais pas essayer de vous résumer l'histoire, ni de vous prouver avec moult discipline et arguments sensés qu'il s'agit d'une grande oeuvre. Je dois juste vous dire que ce roman m'a touchée, beaucoup plus que ce que je croyais, et qu'il y avait longtemps que j'avais eu autant de mal à refermer un livre. Ce roman m'a hantée tout le long de sa lecture, et j'ai même eu du mal à en émerger lorsqu'enfin je l'ai fini. 

Il s'agit tout à la fois d'un roman initiatique, ça, c'est vrai ; le narrateur se dépêtre dans une toile visqueuse et silencieuse tissée pendant la guerre et de laquelle personne autour de lui ne semble avoir échappé. C'est un roman, ensuite, sur la littérature, et le rôle que peut jouer un livre sur votre histoire ou votre vie. Dans L'Ombre du Vent, Daniel est "choisi" par le roman d'un illustre inconnu, Julian Carax, et sa vie devient intrinsèquement liée à celle de cet auteur et de son oeuvre, d'une façon fantastique, presque kafkaïenne. L'on vient à se demander si notre propre vie, à nous, lecteurs, n'est pas elle aussi le miroir d'un roman qui nous a fortement marqué. C'est aussi une enquête, pleine de suspens, de rebondissements et d'aventure, qui garde en haleine et donne parfois des frissons. Le tout habilement décoré de romance, d'humour, de drame et d'espoir... 

En fait, c'est un roman complet.

Je sais que l'oeuvre idéale n'existe pas, mais l'Ombre du vent n'en est pas loin. Bon, il faut aimer les histoires de fantômes, les idées un peu philosophiques et politiques qui traversent le roman, les plongées dans le passé et les grandes oeuvres littéraires. Mais ce roman est un petit bijou - je tire mon chapeau au traducteur, d'ailleurs, qui a dû faire de l'excellent travail pour rendre justice à cette fresque compliquée - que je ne saurais suffisamment conseiller à tous.

Donc vous avez compris, dépêchez-vous. A lire, et d'urgence!


PS: Comme vous avez pu le remarquer, un nouveau sondage est apparu sur le blog. Chaque mois, j'ai décidé que j'allais traiter des livres autour d'un thème : à vous de choisir le thème du mois de juin!

11 commentaires :

  1. Il est déjà dans mes projets de lecture et m'attends sagement dans ma bibliothèque, mais t'as chronique ne m'a que plus encore convaincus de me jeter à l'eau !

    Je m'en vais donc de ce pas voir le reste de ton blog pour me donner encore leau a la bouche, qui sait peut-être que je vais craquer sur d'autres oeuvres :)

    RépondreSupprimer
  2. J'avais bien aimé. Ton article m'a rappelé l'ambiance brumeuse de ce livre, Daniel, son père, le fantôme, Fermin, le gros méchant tueur, le cimetière des livres oubliés. Par contre j'avais trouvé un peu long sur certains passages.Mais c'est vrai que c'est une bonne histoire. Va voir ma critique si tu veux.
    http://templedulivre.blogspot.fr/2010/09/lombre-du-vent-carlos-ruiz-zafon.html

    RépondreSupprimer
  3. A lire également : Marina et le Jeu de l'Ange, du même auteur. :)

    Même style brumeux et complexe pour les deux, mais des trois, j'ai une préférence pour le Jeu de l'Ange. On retrouve Sempere, sans pour autant qu'il semble y avoir un rapport avec l'Ombre du Vent et avec un nouveau héros, David.

    Bref, j'ai vraiment une sympathie particulière pour Zafon, qui nous fait voyager dans des méandres de nos inconscients avec tant de justesse.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu beaucoup de chroniques positives sur ce roman, il faudra que je me laisse tenter à l'occasion !

    RépondreSupprimer
  5. Quel régal ce roman!
    Pauline,
    Entre Les Pages : http://areader.over-blog.com/

    RépondreSupprimer
  6. Que d'avis positifs sur ce roman!! faut vraiment que je le tente!! =D

    RépondreSupprimer
  7. Tu parles de "roman complet" et je te rejoins tout à fait sur cette idée là... Carlos Ruiz Zafon a réussi le tour de force de mêler d'innombrables genres dans son roman et d'arriver à une alchimie parfaite ! Récemment, j'ai lu "La librairie des Ombres" de Mikkel Birkegaard qui m'a justement fait penser par certains côtés à l'Ombre du Vent mais en beaucoup moins réussi car la sauce ne prenait pas aussi bien..

    RépondreSupprimer
  8. Ravie de voir qu'autant de monde réagit! A ceux qui ne l'ont pas lu, précipitez-vous! :D

    Facteur84, je ne trouve pas qu'il y ait de longueurs, mais peut-être est-ce parce que je suis habituée aux très longs récits avec moult descriptions (j'aime ça quand c'est bien fait!). L'un des reproches que je ferais, que je retrouve dans ta chronique, est juste que le début est long à se mettre en place! ^^

    S.J., le Jeu de l'Ange est dans mes projets de lecture à moyen terme : je compte bien découvrir le reste de la bibliographie de Zafon! :D

    Livrons-nous, j'avais entendu parler de La librairie des Ombres et il me tentait bien... Me le conseillerais-tu?

    RépondreSupprimer
  9. Arf, difficile à dire, j'ai participé à la lecture commune sur LA et beaucoup ont abandonné en route... Moi j'ai un avis plutôt positif, sans être complètement emballée mais il y a de bonnes idées ! Je ne comptais pas spécialement, le garder dans ma bibliothèque, si tu veux je peux te l'envoyer pour que tu te fasses ta propre idée ! :)

    RépondreSupprimer
  10. J'accepte à condition que tu me laisses t'offrir à mon tour un livre de ma bibliothèque! :)

    RépondreSupprimer
  11. Arf, trop dur le deal :P Je n'ai pas de désir particulier, fais-moi donc découvrir un poche qui t'a beaucoup plu... Je t'envoie mon adresse par MP sur FB et j'attends la tienne !

    RépondreSupprimer