#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

dimanche 30 septembre 2012

“If you live to be a hundred, I want to live to be a hundred minus one day so I never have to live without you.”

Quand je l'ai lu la première fois: En 2009, lors de mon année en Angleterre.
Pourquoi je l'ai lu: Pourquoi pas?


Winnie-the-Pooh, de Alan Alexander Milne
Disponible en français, évidemment, sous le nom de Winnie l'Ourson!


Résumé made in Noosfere:

Être aimé... et aussi traîné dans l'escalier, en se cognant la tête à chaque marche, c'est le sort d'un ours en peluche ! Mais la vraie vie et les copains de Winnie l'attendent dans la « forêt » : Porcinet, Lapin, Bourriquet le grognon, Hibou et ses discours vaseux... avec Christophe Robin, le grand ami. Les abeilles, la chasse au Bouribou, l'inondation, les cadeaux : c'est chaque jour une nouvelle aventure !
Je ne lisais pas Winnie l'Ourson étant petite, et je ne connaissais des oeuvres de Disney que les chansons qu'il y avait sur les cassettes Chantons ensemble! Comment, vous ne vous souvenez pas de Chantons ensemble? Piqûre de rappel.


Nous disions donc. Winnie-the-Pooh est un recueil d'aventures mettant en scène les jouets de Christopher Robin, personnage largement inspiré du fils de Milne en personne. Voilà les jouets originaux, si ça vous intéresse:

Chaque chapitre conte une aventure, poétique, un peu absurde et irrésistiblement tendre. Je ne sais pas l'effet qu'a la lecture de ce bouquin sur les petits, mais sur les grands, il est clair que vous ne pouvez vous empêcher de sourire à tout bout de champ, surpris par un jeu de mots original ou par un dialogue à l'apparence très simple et pourtant très profond.

Bon, c'est sûr, pas de folles équipées sauvages dans la forêt des rêves bleus ("100 acres forest" en V.O.). Il n'y a pas de crime à résoudre, d'énigme à déchiffrer ou d'injustice à réparer. Tout est pastel et doux, sans grande surprise pour le lecteur adulte, sans suspens, sans sursaut. Mais c'est tout aussi bien. Winnie-the-Pooh [Tigger] est un récit parfait pour se détendre avec un peu de poésie inoffensive le soir, avant de se coucher.

Le livre en lui-même est très joli. Les illustrations pastelles de Ernest Shepard font partie intégrante du récit. Je vous laisse admirer, cliquez pour voir en plus grand!

Un petit livre tout doux, au style très poétique, simple et tendre, que je conseille à tous ceux qui ont envie de retrouver l'enfant qui est en eux.

3 commentaires :

  1. Quelles jolies illustrations ! Je retiens ce titre, je n'y aurais pas pensé mais je suis sous le charme !

    RépondreSupprimer
  2. Oh je rêve de lire ce livre, merci pour ton avis! Je vais noter de me le commander très vite! :D

    Pauline,
    Entre Les Pages : http://img.over-blog.com

    (Chez moi ce moment : le tome 4 de Rose à gagner!)

    RépondreSupprimer
  3. Je suis d'accord, ces livres sont absolument irrésistibles ! J'ai celui-là encore dans ma PAL, mais j'ai chroniqué "The House At Pooh Corner" qui est tout aussi touchant. Pour ceux qui peuvent, la lecture en anglais est à privilégier.
    http://livriotheque.free.fr/#!xhr_find_book.php?nom=21&titre=36

    RépondreSupprimer