#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

jeudi 3 août 2017

"Peut-être certaines ont-elles disparu avant même d'être découvertes."

Je vous avais présenté il y a deux ans de cela les très chouettes éditions des éléphants et parmi les livres cités dans mon article, il y avait le Microbscopique de Nicola Davies et Emily Sutton. Les deux autrices ont récidivé et voici le merveilleux Tous.

Il y a tant et tant d’espèces sur Terre que l’on n’est pas encore parvenu à toutes les compter. Des plus grandes comme l’éléphant aux plus petites comme les microbes, dans les déserts les plus arides ou dans les mers les plus froides, cachées ou se dévoilant de toute leur beauté, chacune a sa place dans ce monde grand, beau et sauvage. Mais ce bel équilibre est menacé…

Nous revoilà devant une petite merveille d'intelligence et de vulgarisation. Dans cet album, Nicola Davies relève le défi d'expliquer de façon accessible la biodiversité, portée par les illustrations colorées et grouillantes de détails d'Emily Sutton.

Ce livre, entre album et documentaire, nous propose de suivre une petite fille curieuse et passionnée au fil des pages, à comprendre la complexité des relations qui lient la nature, les plantes et les animaux, la fragilité d'un équilibre sans cesse mis à rude épreuve et surtout, l'impact destructeur des activités humaines sur ces chaînes délicates.

Ce qui m'a le plus séduite dans cet album, c'est que l'on garde espoir : le tableau dépeint est certes alarmant mais pas tragique. La portée écologique de ce titre est bien entendu au cœur de l'intention des autrices : leur but est clairement de sensibiliser les jeunes générations et d'en faire autant que possible des humains éclairés et attentifs. Et puis, les grandes pages grouillantes de bestioles rares, rigolotes, majestueuses ou riquiqui devraient ravir les amoureux des animaux!


En résumé, un très bel album à la portée écologique optimiste et magnifique. A mettre entre les mains de tous les (futurs) défenseurs de la nature!


Vous avez aimé cette chronique? Vous aimerez sans doute:

  

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire