#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

mercredi 30 mars 2016

Youtube, me voilà!

Comme certains d'entre vous ont pu le voir, je me suis lancée il y a deux jours dans un nouveau projet (oui encore un) qui me taraude depuis plus d'un an : celui de lancer une chaîne sur Youtube où je parlerais de littérature jeunesse de façon un peu universitaire, un peu drôle et un peu quand j'aurais le temps. 

Cette envie est venue d'un constat lorsque je travaillais en librairie : la littérature jeunesse est encore victime de beaucoup de clichés, et je devais sans cesse répéter les mêmes choses à mes clients étonnés pour leur montrer qu'on parlait de littérature, la vraie, pas juste de remplissage mal fait pour occuper les gamins et leur apprendre à lire.

Et vu qu'une image vaut mieux que mille paroles, le média vidéo me semblait le plus apte à toucher le plus grand monde. 

Voici la bête si vous ne l'avez pas encore vue.


C'était donc il y a deux jours. 300 vues et 60 abonnés plus tard, je suis encore ravie, touchée et intimidée par l'accueil que j'ai reçu tant par ceux qui me connaissent que par des inconnus. J'espère réussir à parler de livres pour les petits avec le sérieux réservé aux livres pour les grands, tout en essayant de vous faire sourire.

Promis, je reviens très (très) vite avec une autre vidéo. D'ici là, évidemment, le blog reste actif et je compte toujours y publier des chroniques plus ou moins régulières!

A très bientôt pour de nouvelles aventures! Et merci :3

mercredi 16 mars 2016

"C'est quoi ce MICMAC?"


Le printemps pointe le bout de son nez, de quoi vous donner des envies de balades en forêt. Et si vous n'êtes pas du genre randonnée, mais plutôt du genre bon bouquin sous la couette, j'ai une lecture pour vous qui swingue sec : Lumberjanes, tout récemment paru chez Urban Comics. Cette BD est écrite, dessinée et réalisée par une équipe de six auteures : Shannon Watters, Grace Ellis et Noelle Stevenson au scénario, Brooke Allen au dessin, Maarta Laiho à la couleur et Aubrey Aiese au lettrage (cliquez sur leurs noms, elles ont de supers sites et tumblr!). Préparez-vous, ça décoiffe!

Elles sont cinq copines inséparables. Unies comme les doigts de la main, elles n'en restent pas moins très différentes les unes des autres. Jo, April, Mal, Molly et Ripley ont pourtant toutes un point commun : le goût pour l'aventure!

Elles s'apprêtent à passer le meilleur été de toute leur vie dans ce camp de vacances. Et rien ne pourra les détourner de leur objectif : devenir de véritables Lumberjanes! Peu importe les attaques de renards à trois yeux, les rencontres improbables avec des yétis perturbés et autres manifestations surnaturelles qui semblent perpétuellement croiser leur route, la bande est prête à relever tous les défis sans jamais oublier sa devise: L’AMITIÉ A LA PUISSANCE MAX!

En voilà un résumé qui donne du pep's, n'est-il pas? Ce comics met donc en scène cinq filles très différentes qui passent l'été dans un camp similaire à ceux des éclaireurs ou des scouts. Mais des choses étranges se traficotent dans la forêt autour d'elles, et vu qu'elles ont la bougeotte, elles se lancent dans la résolution de tous les mystères tapis dans les bois.

Cliquez pour voir en plus grand!

Des yétis, des animaux étranges, des serpents géants des rivières, un temple souterrain caché, des statues qui parlent, des scouts-zombies... Dans ces quatre premiers épisodes, on découvre un univers hyper coloré et dynamique dans lequel le bestiaire étrange et fantastique donne un goût de mystère délicieux. Et il y a de l'humour, partout, tout le temps, que ce soit dans les tronches des personnages, dans leurs répliques ou au cours des scènes d'action.

Cliquez pour voir en plus grand!

Mais ce qui fait le piment de ces aventures forestières, ce sont surtout les cinq héroïnes, grâce auxquelles les auteures se moquent des clichés : on peut être ultra féminine et hyper balèze, garçon manqué et peureuse, sérieuse et aventurière, instruite et pleine d'humour, petite et costaude! Un message hyper positif véhiculé par des petites nanas pleines de ressources, comme on aimerait en voir plus souvent en bande dessinée. En plus, il y a de petits messages discrets et mignons de défense des droits LGBT. Cinq étoiles donc pour une BD engagée et fun!

Cliquez pour voir en plus grand!

La grosse erreur serait de penser que cette série, pensée et réalisée par une équipe de six femmes, où l'on met en scène cinq filles, soit uniquement et seulement destinée aux filles : non. Il y a tout dans Lumberjanes pour plaire à tous les accros du mystère, de l'action et de l'humour. Bref, un joli coup de cœur inattendu pour moi, j'attends la suite avec impatience!

Cliquez pour voir en plus grand!

Si cette chronique vous a plu, vous aimerez peut-être:

  

vendredi 4 mars 2016

"It's not what you take, it's what you leave."

Allez, c'est la veille de mon anniversaire et pour l'occasion, j'ai envie de vous parler d'un livre plein de chaleur et de joie de vivre. Quoi de mieux que le très joli All the bright places de Jennifer Niven, traduit en français chez Gallimard sous le titre de Tous nos jours parfaits et qui traite d'un sujet qui vend du rêve : le suicide chez les ados.

Promis, quand j'aurai soufflé mes bougies et que je serai un peu plus vieille et sage, j'arrêterais l'ironie. Peut-être. C'est parti.

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la "bête curieuse" de l'école. Il oscille entre les périodes d'accablement, dominées par des idées morbides et les phases "d'éveil" où il déborde d'énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s'est isolée et s'est laissée submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c'est le début d'une histoire d'amour bouleversante: l'histoire d'une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

Il m'a fallu un peu de temps pour vous parler de cette lecture et réussir à avoir un avis un peu plus objectif. Car la première chose qu'on peut dire de ce roman, c'est qu'il remue et interroge.

Deux adolescents que tout sépare - leurs classes sociales, leurs cellules familiales, leurs histoires, leurs popularités au lycée - se découvrent, par pure coïncidence, un macabre point commun : celui de vouloir mourir. 

Violet porte sur ses épaules le poids de la culpabilité : elle est persuadée que c'est de sa faute si sa sœur aînée s'est tuée en voiture. Elle a du coup pris beaucoup de recul sur ses amis superficiels, sa vie de rêve et l'importance de l'école. Son existence n'a plus de sens. Rien n'a d'importance. Ses parents, dévastés par la mort de leur fille mais tout aussi inquiets de voir la seconde s'effacer, s'inquiètent pour elle et ne désirent qu'une chose, la voir revenir à la vie.

Finch, de son côté, oscille entre des phases "d'éveil" où il embrasse la vie avec folie et gourmandise, et d'autres phases où il "s'endort" et s'enferme dans un silence noir, rempli d'idées macabres, apprenant par cœur des statistiques et des citations sur la mort et le suicide. Sa famille est en pièces : son père est parti depuis longtemps pour vivre avec une autre femme, sa mère est transparente et n'est jamais à la maison, sa sœur aînée vit sa vie et sa petite sœur commence à montrer des signes d'obsessions étranges, elle aussi. C'est chacun pour soi dans cette fratrie hantée par les épisodes de violence et de cruauté vécues lorsque leur père était à la maison. Tout le monde sait que quelque chose cloche avec Finch, mais personne n'en parle ou décide de faire quoi que ce soit.

Les deux jeunes gens se retrouvent ensemble à faire un projet de géographie : celui d'écumer l'Indiana pour y faire des reportages sur des endroits insolites, importants ou historiques. C'est le début d'une grande chasse au trésor où les adolescents, loin de chercher à réussir leur devoir, vont surtout chercher à se comprendre et à trouver leur place dans ce monde vaste et dénué de sens. L'âme artiste et fantasque de Finch entraîne Violet dans des expériences inédites qui, peu à peu, lui redonne goût à la vie. On retrouve des éléments très efficaces qui ont déjà fait leurs preuves dans Le monde de Charlie ou Nos étoiles contraires : des scènes où les adolescents, face à l'infini, expriment leurs doutes et leurs angoisses ; d'autres où le dialogue est merveilleusement profond et mélancolique ; d'autres encore où la joie d'être en vie finit par surpasser toutes les autres émotions. C'est beau, c'est grand, ça n'apporte pas de réponse mais ça pose les bonnes questions.

Jennifer Niven prend soudain le parti de gifler le lecteur et de jeter un grand froid soudain sur cette histoire d'amour jeune et frétillante. On pleure (un peu), on s'insurge, on se révolte face à l'absurdité de la chose. Mais ce roman ne se veut pas un conte de fées : c'est une mise en garde, un appel au secours, un coup de pied dans la fourmilière. On a envie de prendre les personnages et de les secouer, tous : le CPE du lycée, les profs, les parents, les soit-disant amis, et de leur mettre la tête à l'endroit. Mais faites quelque chose, crie le lecteur. Et personne ne fait rien.

Parler de sujets aussi pointus, complexes et sombres que la bipolarité, la dépression ou le suicide dans un roman aurait pu entraîner caricatures et généralités dangereuses. Mais non. Tous nos jours parfaits est un très bon livre coup de poing qu'il faut partager et faire lire. Ce n'est ni de la grande littérature, ni un mode d'emploi, mais c'est une mise en garde nécessaire et importante saupoudrée d'un peu d'espoir.


Si cette chronique vous a plu, vous aimerez peut-être:
 

mardi 1 mars 2016

Avril en Albums 2016 - début des inscriptions!


Et c'est reparti pour un tour! Je vous avais conviés l'an dernier à la première édition de ce rendez-vous dédié à un genre sous-représenté dans la blogosphère : les albums jeunesse! En 2015, il y avait eu 12 participantes et plus de 92 albums chroniqués. Cette année, j'espère vous lire encore plus nombreux!

Le but? Mettre l'album à l'honneur sur vos blogs et sur la toile le temps d'un mois, du 1er au 30 avril!

Pour découvrir toute la présentation du rendez-vous, les modalités d'inscriptions et quelques conseils et suggestions, cliquez ici! Vous pouvez également y accéder depuis le menu, tout en haut du blog, ou bien via le logo que vous trouvez ci-dessus et dans la barre de liens à droite...

Pour l'édition de cette année, je vous concocte plusieurs petites surprises! Des chroniques, bien sûr, mais aussi des sélections, des découvertes, des interviews... Et plus encore!

*
Oh, j'oubliais...
J'offrirai un bel album aux trois premières personnes
qui m'enverront à pilalire@gmail.com
la liste des noms des 9 illustrateurs et illustratrices
représentés dans le logo de cette année! 
*

Fêtons tous ensemble la richesse de l'album et rendez-vous le premier avril pour le début des festivités!