#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

jeudi 21 janvier 2016

Scottish books 2/2

Voilà la seconde partie de mon craquage de slip écossais lors de mon passage d'une heure et demie à la librairie Blackwell d'Edimbourg. Cette fois-ci, ce sont quatre ouvrages surprises, dont je n'avais jamais entendu parler et qui m'ont séduite.

Je me suis faite conseillée par le libraire du rayon jeunesse, à qui j'ai demandé de me présenter ses derniers coups de cœur. Les critères étaient les suivants : très bien écrits, récents (donc pas encore traduits) et variés (classés pour les enfants de 7 à 16 ans). Le charmant jeune homme qui était là s'est fait un plaisir et m'en a sorti une douzaine des étagères, je suis finalement repartis avec les trois titres suivants.





Island - Nicky Singer

Le jeune Cameron est obligé de passer plusieurs semaines avec sa chercheuse de mère sur une île au milieu de l'Arctique - île très verte sans un poil de neige. Loin de la civilisation et d'une prise de courant où charger son Ipod, il passe le temps à faire un petit reportage sur l'île. Au même moment, l'esprit de l'ours blanc se réveille et, accompagné de sa petite fille, vont tenter de faire comprendre au jeune blanc que c'est à lui de sauver leur petit monde. Un texte écologique et onirique que j'ai déjà commencé et qui me plaît beaucoup!




Binny for short - Hilary McKay

Dans une famille complètement explosée, sans le sou, où le papa vient de disparaître tragiquement, Binny, 11 ans, essaie de pousser malgré toutes les blessures qui subsistent parmi les siens. Jusqu'au jour où leur tante Violet disparaît à son tour en leur léguant une maison au bord de la plage. La petite famille, petit à petit, va se reconstruire et trouver le chemin pour surmonter leurs malheurs. Le libraire m'a assuré que malgré le thème, c'était très, très drôle et qu'il prévoyait d'organiser un book club avec ses jeunes lecteurs autour de ce livre. Son enthousiasme et la façon dont il caressait la couverture du livre m'ont convaincue!









Tinder - Sally Gardner

Bon là, je vous avoue, j'ai craqué pour le style. Ce roman illustré est une réécriture d'un conte d'Andersen (chut, je sais, j'ai une obsession, j'essaie de me soigner) et le graphisme m'a tellement fait penser à Through the woods que j'avais adoré que je l'ai pris sans réfléchir plus que cela!








Enfin, ce dernier bouquin, c'est mon petit plaisir supplémentaire, celui de farfouiller dans une librairie à la recherche d'un titre inconnu qui va me sauter aux yeux et me donner envie de découvrir. C'est de la littérature pour les grands, et vous allez voir, j'ai bien fait de craquer!




The looking glass house - Vanessa Tait

Ce roman raconte la rencontre de Charles Dodgson, plus connu sous le nom de Lewis Carroll, avec la petite Alice qui lui a inspirée ses aventures farfelues, le tout du point de vue de la gouvernante de la petite fille. Est-ce la couverture qui rappelle Le cirque des rêves, le thème de l'origine d'un conte ou encore le fait que l'auteure soit l'arrière-petite fille de la célèbre Alice en question, quoiqu'il en soit ce bouquin a rejoint mon panier dès que mes yeux se sont posés dessus. Je sens que je vais adorer.






Il faudra aussi que je vous montre toutes les belles choses que j'ai reçues à Noël, mais on va reprendre les chroniques d'abord! J'espère que découvrir ces quatre titres vous a donné envie d'en savoir plus ;)

mardi 19 janvier 2016

Scottish books - 1/2

J'ai fait un merveilleux séjour en Scottisherie avec une super copine, et à côté de dizaines de choses, je voulais absolument passer un moment dans une librairie britannique pour faire le plein de livres avec de belles couvertures. Je vous montre aujourd'hui les livres qui ont enfin quitté ma wishlist pour venir gonfler mes étagères - et surprise, ceux-là ne sont que des livres pour les grands! N'hésitez pas à cliquer sur les couvertures pour en apprendre plus sur ces bouquins.





Life after life - Kate Atkinson
Une vie après l'autre en français

J'avais lu le pitch en librairie et je voulais absolument découvrir ce texte en V.O. Je lis trop peu de romans contemporains anglophones, et celui-ci m'intrigue! Il est question d'une femme qui, chaque fois qu'elle meure, recommence sa vie et, en faisant des choix différents, finit par vivre toutes les vies qui lui auraient été possibles... Une aventure métaphysique qui traverse le vingtième siècle.








Reasons to stay alive - Matt Haig
Pas encore paru en français

Humains avait été l'un de mes grands coups de coeur de 2014, et je voulais absolument lire ce petit ouvrage de non-fiction où l'auteur, atteint plusieurs fois de dépression, y compulse toutes les raisons qui font que la vie mérite d'être vécue. Il reprend donc une idée déjà présente dans Humains, avec sa longue liste des "Conseils à un humain", en version plus complète et plus grandiose.









Beloved - Toni Morrisson
Même titre en français

Ce bouquin est désormais un classique de la littérature américaine, dont j'ai entendu parlé après avoir terminé To kill a mockingbird. L'histoire a l'air sombre et viscéralement dérangeante, mais il me semble que c'est une lecture indispensable qui vous rend un peu plus humain. Affaire à suivre!










The book of lost things - John Connolly
Le livre des choses perdues en français

J'AVOUE TOUT. J'ai uniquement complètement craqué sur la couverture. Mais je vous rassure, je pense que je vais aussi tomber amoureuse du texte. Un livre qui parle du pouvoir des livres! L'un de mes thèmes préférés en littérature! Mélange de L'histoire sans fin et Alice au Pays des Merveilles, je pense m'y atteler tout prochainement!






Bientôt, je vous montrerai aussi les 4 livres jeunesse qui ne sont pas encore sortis en français mais qu'un charmant jeune libraire m'a convaincu d'acheter. A très vite alors!

samedi 9 janvier 2016

"Un fume-cigare, un crochet, de la poudre à canon..."

On continue dans la douceur et l'observation avec un livre un peu particulier, à la fois album, imagier et livre-jeu, le très joli Dans les poches d'Alice, Pinocchio, Cendrillon et les autres... d'Isabelle Simler, paru en août 2015 aux éditions courtes et longues.

Alice, Pinocchio, Cendrillon et les autres… 
Nous connaissons leurs aventures. Mais une question se pose : que cachent nos personnages préférés au fond de leurs poches? Isabelle Simler s’est amusée à toutes les vider. Saurez-vous retrouver à qui elles appartiennent?

Préparez-vous à découvrir quelques-unes des plus belles histoires au monde sous un nouveau jour…

L'idée est à la fois simple et géniale : et si nous vidions les poches des héros les plus populaires de la littérature pour découvrir les petits objets ordinaires qui appartiennent à ces personnages extraordinaires?

Chaque double-page s'ouvre sur plusieurs objets dessinés avec le réalisme et la minutie des livres scientifiques ou des panneaux utilisés dans les leçons de choses. Le travail est soigné, délicat, et ces objets si communs (un clou, une allumette, une montre), assemblés ensemble finissent par composer un tableau familier.

Le jeu est double, et tout le monde peut participer, lecteurs ou non. Le petit essaie de reconnaître les objets et de faire le lien avec l'histoire dans laquelle on peut tous les trouver, et le moins petit peut s'aider d'un texte en forme d'inventaire à la Prévert, poétique et concis, pour trouver le propriétaire de ces petits bouts d'histoire.


L'ouvrage est épais et ce sont pas moins de 42 personnages qu'on peut retrouver. C'est un livre qu'on feuillette encore et encore, qui fait découvrir de nouvelles histoires et redécouvrir celles qu'on connaît déjà, inépuisable dans ses nombreux détails.

Hihi!

En bref, un superbe objet qui ravira tant les amoureux des histoires que les novices ayant soif de découvertes! Pour en savoir plus, je vous invite à vous rendre sur le blog de mon amie Camille qui a réalisé un superbe article sur ce livre ainsi qu'une interview d'Isabelle Simler. Cliquez cliquez!

jeudi 7 janvier 2016

"Elle récite du Shakespeare au milieu de tout un ramassis de bestioles!"

Pour apprécier cette chronique dans les meilleures conditions possibles, je vous conseille d'attendre un jour de pluie et de vous préparer un Earl Grey avec un nuage de lait accompagné de biscuits. Installez-vous confortablement dans votre fauteuil le plus moelleux et laissez-vous porter par le charme d'un récit tendre, naïf et plein de jolies choses.

Charity est une fille. Une petite fille. Elle est comme tous les enfants : débordante de curiosité, assoiffée de contacts humains, de paroles et d'échanges, impatiente de créer et de participer à la vie du monde. Mais voilà, une petite fille de la bonne société anglaise des années 1880, ça doit se taire et ne pas trop se montrer, sauf à l'église, à la rigueur. Les adultes qui l'entourent ne font pas attention à elle, ses petites soeurs sont mortes. Alors Charity se réfugie au troisième étage de sa maison en compagnie de Tabitha, sa bonne. Pour ne pas devenir folle d'ennui, ou folle tout court, elle élève des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope, apprend Shakespeare par cœur et dessine inlassablement des corbeaux par temps de neige, avec l'espoir qu'un jour quelque chose va lui arriver...

Que dire de cette lecture? Commençons par le basique. Miss Charity est un très beau pavé paru en 2008 à l'école des loisirs, écrit par la grande Marie-Aude Murail et illustré par les aquarelles délicates de Philippe Dumas. C'est un roman largement inspiré par la vie de Beatrix Potter, auteur méconnue de notre côté de la Manche mais une incontournable chez nos amis britanniques. La question n'est cependant pas de savoir où s'arrête la fiction et où commence la vérité, car le but de Murail ne fut pas de faire une biographie, mais de rendre avec tendresse et mélancolie l'ennui angoissant que l'on pouvait ressentir dans la société victorienne, cadenassée d'étiquette et de frustration, lorsqu'on y était un esprit féminin curieux et insatiable.

Nous suivons la vie de Charity, de son enfance à l'âge adulte, et la voyons, orteil par orteil, tenter de remplir le vide de son existence. Elle n'a pas d'amis, ne fréquente pas d'école, n'est entourée que de sa nourrice et de sa tutrice, n'est ni jolie ni charmante et souffre de voir ses parents guindés ne pas savoir quoi faire de cette gamine impropre à leur société de bourgeois oisifs. Alors elle s'entoure de bestioles, devient l'amie des souris et des crapauds, s'intéresse à la science, mène des expériences sur les champignons et les moisissures dans sa nursery, piétine d'impatience quand on l'emmène au musée et envie désespérément la vie sociale joyeuse et dynamique de ses cousines futiles.

Ce livre n'est pas un roman que l'on lit pour vivre de folles aventures et tourner fébrilement chaque page. C'est un roman qui se déguste, avec lenteur, phrase par phrase, qui avance au rythme des semaines qui passent. Cela ressemble beaucoup à la vie, la vraie, celle où l'on ne pense pas suivre un schéma précis, où aucun destin de nous apparaît et l'où on avance à tâtons pour essayer de trouver du sens à tout cela. Dans Miss Charity, les événements, les gens et les lieux s'emmêlent doucement, et au final, comme Charity, on s'étonne d'y voir des éléments récurrents, des moments clés, des choix décisifs qui ont fait d'elle la femme indépendante et talentueuse qu'elle finit par devenir.

C'est tendre, c'est beau, on rit et on pleure un peu, on s'émeut et on découvre que le romanesque peut survenir de peu de choses. Une merveilleuse lecture. Je n'arrive pas à trouver les mots pour mieux en parler!

J'ai en fait ressenti le même émerveillement et le même attachement en lisant Miss Charity que lors de ma lecture de Calpurnia, paru également à l'école des Loisirs. Cliquez sur la couverture ci-contre pour lire ma chronique!


mardi 5 janvier 2016

TTT - 10 livres que je lirai en 2016!

J'ai pris une résolution, celle de faire descendre ma pilalire, alors j'ai sélectionné dix livres qui sont dans ma bibliothèque depuis plus de deux ans ou que je veux lire depuis des mois et qu'il faut absolument que j'ai lu avant l'année prochaine. Petit Top Ten Tuesday rapide et efficace! Cliquez sur les couvertures pour accéder aux résumés des bouquins!

 

 

 
 
 

Pfiou, j'ai encore pas mal de pain sur la planche! Avez-vous lu ces livres? Par lequel me conseilleriez-vous de commencer?

dimanche 3 janvier 2016

"J'ai souvent eu envie d'être un arbre pour contempler l'humanité avec plus de sérénité."

Et on commence l'année avec un roman percutant, qui vous donne envie de tout plaquer pour recommencer à zéro au milieu des grands espaces. Dylan Dubois, sorti en novembre dernier, est un roman paru dans la collection Exprim', aux éditions Sarbacane, écrit par Martine Pouchain.

Après un an en foyer, Dylan, un garçon de 16 ans tendre et solitaire, rentre chez lui... où une surprise l'attend : son père a remplacé sa mère, partie trois ans plus tôt. A priori, Dylan n'a rien contre Cynthia, sa séduisante belle-mère. Sauf quand elle met son chien Rusty dehors "parce qu'elle ne supporte pas son odeur". Et puis, Dylan ne comprend pas pourquoi son père mute caniche dès qu'elle le siffle... Mais le pire, c'est quand il comprend. Cynthia n'est pas juste une belle-mère désagréable : c'est une machine à démolir les gens. Dylan n'a plus qu'une issue : se tirer avec Rusty. Direction la forêt!

Je me lançais dans cette lecture avec confiance et sérénité : j'avais adoré Les Petites Reines et Quelqu'un qu'on aime, deux autres romans parus cette année dans la même collection, et je dois avouer que mon a priori se muta en certitude : la collection Exprim', c'est de la bonne.

Ce que j'ai d'abord admiré, c'est l'exactitude avec laquelle Martine Pouchain plonge dans des sacs de nœuds en apparence inextricables, qu'il faudrait prendre des mois pour en expliquer l'origine, et réussit à nous résumer en quelques mots des situations délicates. Quiconque connaît le poids écrasant des vérités qui se taisent reconnaîtra le talent de l'auteur à rendre dans toute sa complexité l'horrible angoisse des tensions familiales qui s'éternisent.

Car Dylan n'a pas de foyer stable. Sa famille a explosé comme un miroir sous un trente-trois tonnes. Il rentre après un an loin de son père pour le retrouver certes moins dépendant de l'alcool mais intoxiqué par une femme destructrice et manipulatrice. Mais Dylan est intelligent, il s'imprègne de lectures et se saoule de longues promenades dans la nature, loin des hommes et de leur attirance pour se faire du mal. Jusqu'au jour où sa future belle-mère, dans un coup de grâce finement joué, réussit à le faire quitter la maison. Il s'enfonce alors, en compagnie de son meilleur ami, son chien Rusty, dans la nature et marche à travers la France pour, peut-être, trouver sa place chez sa mère. 

Dylan, c'est celui qui veut revenir à l'essentiel : manger à sa faim, se contenter de peu, cultiver les relations saines et enrichissantes, se rapprocher de la nature. Par sa soif de grand air et sa fuite désespéré d'un foyer où ne l'attend que le malheur, il finit par se détacher de ce qui le coinçait dans l'enfance et marche d'un pas sûr vers l'adulte qu'il veut devenir. Ses rencontres le confortent et le réorientent dans son choix. Ce road-trip en forme de randonnée vagabonde sera sa délivrance et le meilleur moyen de se trouver.

J'ai adoré ce voyage. Accompagner Dylan sur la voie de son futur pousse à s'interroger sur ce qui fait l'essence de notre vie. Doit-on courir derrière les diplômes? Dépendons-nous vraiment des autres? Qu'est-ce que l'amour? Que faire du sac à dos familial que nos parents nous refilent à leur insu à la naissance?

Un beau roman rafraîchissant et intelligent sur l'émancipation et l'acceptation de soi. Deux thèmes qu'on retrouve également dans Les Petites Reines et Quelqu'un qu'on aime, et je pense que ce serait très intéressant de comparer les messages véhiculés par ces trois romans si semblables et pourtant différents. Je m'en chargerai peut-être un de ces quatre!

 
Cliquez sur les deux couvertures pour accéder aux chroniques!

vendredi 1 janvier 2016

Bonjour 2016!



Et c'est parti pour une nouvelle année pleine de jolies lectures et d'aventures littéraires! Je vous ai même gribouillé un petit dessinounet pour fêter ça! 

En 2015, je suis très fière d'avoir réussi à poster tous les mois plusieurs articles, ce n'était pas arrivé depuis l'ouverture du blog en 2012!

Pour 2016, je fais deux résolutions. La première, c'est terminer tous les livres de ma pile à lire. C'est possible. J'en ai à peu près 85, et j'ai lu 273 livres (!) en 2015. I can do this. La seconde, c'est d'être plus régulière dans mes posts et de ne plus vous abandonner plus de trois semaines.

Bonne année les loulous, et à très bientôt!