#footer-column-container { clear:both; } .footer-column { padding: 10px; }

samedi 31 janvier 2015

"L'humain est un corridor et tout humain pleure son ciel disparu..."

"...Un chien sait cela et c'est pour cela que son affection pour l'humain est infinie."

Anima, de Wajdi Mouawad

Présentation:
Lorsqu’il découvre le meurtre de sa femme, Wahhch Debch est tétanisé : il doit à tout prix savoir qui a fait ça, et qui donc si ce n’est pas lui ? Éperonné par sa douleur, il se lance dans une irrémissible chasse à l’homme en suivant l’odeur sacrée, millénaire et animale du sang versé. Seul et abandonné par l’espérance, il s’embarque dans une furieuse odyssée à travers l’Amérique, territoire de toutes les violences et de toutes les beautés. Les mémoires infernales qui sommeillent en lui, ensevelies dans les replis de son enfance, se réveillent du nord au sud, au contact de l’humanité des uns et de la bestialité des autres. Pour lever le voile sur le mensonge de ses origines, Wahhch devra-t-il lâcher le chien de sa colère et faire le sacrifice de son âme ?
Ici, je vous parle beaucoup de romans jeunesse, de coups de cœur choupi-lol et de trucs mimi-tous-pleins. Mais parfois je lis autre chose, et parler d'autre chose devient difficile pour rendre justice à une oeuvre telle qu'Anima. C'est ma copine Nay qui m'en a parlé, je l'ai acheté, je l'ai lu (lisez sa chronique ici, elle vous en parlera sans doute mieux que moi!) . Tentons maintenant de vous en dire quelques mots.

C'est un roman poignant sur la violence enfouie au fond de chaque être humain, un récit qui nous parle d'humanité et de bestialité. On suit Wahhch, anéanti par la mort de sa femme et perturbé par le souvenir que le traumatisme veut à tout prix faire resurgir dans sa mémoire. Désireux de découvrir la vérité, à la fois sur la mort de sa femme mais aussi sur cette horreur qui semble dissimulée en lui, il s'engage dans un road trip à travers le Canada et l'Amérique, au risque que cette vérité le détruise.

Plus précisément, nous le suivons à travers les yeux de la multitude d'animaux qui croisent sa route : araignées, chiens, chats, poissons rouges, chevaux et autres fourmis, c'est en nous offrant le point de vue des animaux que l'auteur nous livre une leçon d'humanité. Humanité qui est ici représentée dans ses aspects les plus sombres. Rien n'est épargné au lecteur, le style est clair, précis et sans concession. 

Ce roman permet également, contre toute attente, de revenir sur le massacre de Sabra et Chatila, au Liban, au début des années 90, dont on ne parle plus, comme de tant de massacres perpétrés à travers le monde et les époques. Mouawad nous enseigne que malgré toute l'amnésie dont l'homme (et la société) est capable, les traumatismes et les souvenirs restent, et qu'en resurgissant ils peuvent entraîner avec eux des cris et des actes inimaginables d'horreur et de désespoir.

Un roman difficile à digérer mais dont je recommande la lecture, notamment lorsque l'on cherche une oeuvre qui peut véritablement vous changer, vous retourner comme un gant, vous faire réfléchir et prendre du recul sur le monde.

jeudi 29 janvier 2015

"Une partie de la mémoire m'était revenue. Mais pas l'essentiel. Et l'essentiel était : "Qui ?"


Le Manoir, tome 2 : Cléa et la Porte des fantômes, Evelyne Brisou-Pellen
Publié chez Bayard Jeunesse

Présentation: Cléa veut comprendre qui l'a enlevée et ce qui lui est arrivé. Malheureusement, il ne lui reste que des bribes de souvenirs. Il faudrait que Liam enquête pour elle. Celui-ci finit par le faire, mais la mort dans l'âme, parce qu'il sait que s'il découvre la vérité, il risque de perdre Cléa. Et il a ses propres problèmes : pourquoi sa valise porte-t-elle un nom qu'il ne connaît pas ?
Toutes ses recherches vont le mettre en grand danger à l'heure où, au manoir, les événements se précipitent. D'étonnants pensionnaires arrivent et, surtout, deux fantômes redoutables s'échappent du sous-sol.
J'avais été dithyrambique sur le premier tome, et le second fut à la hauteur de mes espérances! La toile tissée par Brisou-Pellen dans le premier tome ne fait que se complexifier, chaque découverte rajoutant sa petite pièce au puzzle. C'est Cléa, ici, qui donne le ton : à la fois personnage principal et sujet de l'enquête menée par Liam, elle devient le moteur du récit. Brisou-Pellen a choisi de focaliser sa narration sur cette jeune fille arrivée au Manoir au cours du tome précédent, et c'est tant mieux! Changer de narrateur nous permet de percevoir un univers encore plus vaste. Cependant, Liam reste un personnage essentiel au récit et le point de vue alterne entre lui et Cléa, créant un récit à deux voix où chacun ignore ce que mijote l'autre.

D'autant que Cléa et Liam expérimentent tous les deux avec leur qualité de fantômes : peuvent-ils apparaître aux yeux des vivants? Liam peut-il réunir des gens grâce à la carte? Y a-t-il d'autres endroits comme le manoir où les fantômes errants se retrouvent après la mort? Le monde parallèle au nôtre créé par Brisou-Pellen s'enrichit alors d'une nouvelle foultitude de personnages et de lieux toujours très richement dépeints. J'avais peur d'une redite : je me retrouve avec encore plus de personnages à aimer et de scènes où frémir!

Il devient évident au cours de ce second opus que l'auteur désire aborder tous les thèmes liés à la mort, et qu'elle a tout fait pour le faire de façon intelligente. Difficile de ne pas heurter certaines sensibilités lorsqu'on aborde un sujet tel que celui-là! Mais non, tout est neutre et laïque dans le traitement des aventures de Cléa, Liam et leurs amis.

Le Manoir est également mis en danger : c'est loin d'être un lieu à l'écart de toute menace, qui cache en son sein même de quoi le détruire. Du coup, le récit devient une superposition d'intrigues qui fait de ce tome une histoire riche où tout le monde peut trouver son compte.

Petite touche épicée, on retrouve également dans ce tome le goût d'Evelyne Brisou-Pellen pour les romans historiques qui ont fait son succès auprès des scolaires. On voyage au Moyen Âge, à la Renaissance et au dix-neuvième siècle, le tout en conservant ce style fluide, précis et efficace qui a fait la réputation de l'auteur.

Si vous hésitez, plongez-vous dans cette suite réussie, où l'accent est d'avantage mis sur le mystère, l'enquête et le suspense. Une autre lecture addictive, vivement que je finisse le tome 3!

mardi 27 janvier 2015

Voilà la moisson du Noël 2014...

Aujourd'hui, je saute un Top Ten Tuesday pour vous présenter les jolies choses que j'ai eues à Noël...jugez plutôt.

Voilà ce que mon amoureux m'a offert... Deux très très beaux livres que je reluquais depuis des lustres! D'abord, Le Grand livre des Créatures du monde de Harry Potter, un très joli artbook qui décortique tous les travaux de recherche et de fabrication des créatures magiques pour les films de la saga, et Legend of Korra - Book Two : Spirits, l'artbook de la saison deux de la série! Ils sont vraiment superbes et je n'ai pas encore eu le temps de les lire en entier... Mais quels beaux cadeaux! ^^

Celui-là, c'est ma mère qui me l'a offert. J'avais demandé à ce que, si l'on m'offrait des livres, ce soit des titres que je ne connaisse pas ou des genres que je lis peu... Nous voilà avec cinq contes de fées revisités façon romans historiques à tendance sentimentale. Je ne sais pas encore quoi en penser, mais je compte bien les lire tous les cinq!

Voilà les petites choses que ma copine Elora m'a offertes! Dans son joli paquet reçu par la poste, en plus d'une boîte de thé immense et de petites choses choupies, j'ai reçu ces trois jolis bouquins! Un visage pour l'éternité de C.S.Lewis, le papa de Narnia ; j'ignorais complètement qu'il existait quoi que ce soit d'autre de cet auteur que sa saga hyper connue! Une étonnante surprise! Ensuite, Le voyage d'Oregon, un classique de l'Ecole des Loisirs que je n'avais jamais lu et qui s'avère être une expérience de lecture surprenante. Je ne sais toujours pas quoi en penser! Enfin, Ghosts in the House, un très bel album en anglais sur Halloween, tout en noir, orange et blanc, un petit bijou de graphisme! J'adore!

Là, c'est Agatha qui a encore frappé. Un roman, une BD et un album! On commence avec le magnifique Peter Pan de Quentin Gréban, une petite merveille d'illustration, toute en pastels et en suggestion ; c'était un must have pour moi! Ensuite, la très belle bande dessinée d'Enrique fernandez, L'île sans sourire, que je ne connaissais pas. Mais sachant qu'Agatha adore ce dessinateur, je suis sûre de découvrir quelque chose de chouette. Enfin, Les secrets de Zoé : défense de parler aux éléphants!, un petit roman jeunesse de chez Bayard que je voulais lire depuis un moment. En plus il y a des éléphants. J'adore les éléphants...

...Ce que sait ma cousine Chloé qui m'a, elle, offert ce SUPERBE album! Il s'agit d'un recueil d'illustrations de plusieurs artistes, publié suite à une exposition sur l'illustration jeunesse, accompagnée chacune d'un petit poème. Des éléphants partout, de toutes les couleurs et de toutes les tailles, un pur délice!

J'ai encore été gâtée, j'ai hâte de lire tout ça! ^^ Et vous, la moisson 2014 a été fructueuse?

mercredi 21 janvier 2015

"Mais sache que je ne me suis pas marié avec toi par dépit..."

Bride Stories - tome 1, de Kaoru Mori
La série compte actuellement 6 tomes

Présentation:
La vie d’Amir, 20 ans, est bouleversée le jour où elle est envoyée dans le clan voisin pour y être mariée. Elle y rencontre Karluk, son futur époux… un garçon de huit ans son cadet ! Autre village, autres mœurs… La jeune fille, chasseuse accomplie, découvre une existence différente, entre l’aïeule acariâtre, une ribambelle d’enfants et Smith, l’explorateur anglais venu étudier leurs traditions. Mais avant même que le jeune couple ait eu le temps de se faire à sa nouvelle vie, le couperet tombe : pour conclure une alliance plus avantageuse avec un puissant voisin, le clan d’Amir décide de récupérer la jeune femme coûte que coûte…
Je fus en mon jeune temps une grande consommatrice de mangas, et c'est avec curiosité que je désirais lire de nouvelles choses dans ce genre éclectique et florissant. Ma copine Agatha m'a conseillé Bride Stories, j'ai testé, et j'approuve.

C'est d'abord très surprenant de découvrir un récit historique, situé entre la Turquie et la Mongolie! L'histoire se passe au dix-neuvième siècle et l'on suit les pérégrinations d'un anthropologue anglais, Smith, qui étudie les cultures des nomades de la région. Le récit commence lorsque Amir, 20 ans, issue d'une grande famille nomade, épouse et rejoint la famille de son très jeune mari Karluk. Découverte de l'autre, curiosité et ouverture d'esprit prennent place au cœur d'une histoire toute en délicatesse et précision.

Qualités qui s'appliquent tant à la construction du récit qu'au dessin. Jugez plutôt la finesse des détails!

Rien qu'à m'imaginer faire tous ces petits traits j'ai envie de pleurer!

La force de ce premier tome de Bride Stories réside dans la subtile alchimie entre plusieurs éléments habilement juxtaposés : la découverte d'un mode de vie étranger, une tendre histoire d'amour discrète, maladroite et tendre, des considérations presque politiques entre différents clans, les scènes d'un quotidien ponctué de petites aventures...

C'est un manga très original grâce à son contenu intelligent qui pose la question de l'autre et de son intégration au sein d'une communauté : Amir doit s'intégrer à sa nouvelle famille, Smith s'intégrer parmi les populations qu'il rencontre, Karluk doit trouver sa place en tant qu'homme malgré ses douze ans...

Ce premier tome est une introduction plus que réussie à un univers qui nous est peu familier, nous présentant des personnages forts, construits avec la précision d'un orfèvre, et on n'a qu'une envie, dévorer la suite!

Je vous recommande fortement ce manga envoûtant et parfaitement mené, surtout si vous froncez du nez dès que vous approchez du rayon "manga" de votre librairie habituelle : c'est un excellent ouvrage par lequel découvrir la richesse de ce genre!

mardi 20 janvier 2015

Les dix livres que je voudrais relire pour la première fois - {TTT}

C'est parti pour un nouveau Top Ten Tuesday! Vu que le thème de cette semaine ne m'inspirait pas, j'ai décidé de reprendre l'un des anciens thèmes : 10 livres que vous aimeriez relire pour la première fois. Je me dis très souvent, lorsque je travaille, que mes petits clients qui découvrent telle ou telle oeuvre ont de la chance de parcourir pour la première fois une histoire qui m'a profondément marquée. Après une sélection très difficile, voilà mes dix livres.

*

L'assommoir - Emile Zola
Comme pour beaucoup de gens, la lecture de L'assommoir m'a été imposée lorsque j'étais en seconde. Et à l'époque, j'ai été complètement hermétique au récit comme au style... Je trouvais le réalisme déprimant, Zola gonflant avec ses descriptions à n'en plus finir et j'avais hâte que Gervaise casse sa pipe. Ma première lecture a donc été entièrement polluée par les obligations scolaires et mon âme romantique de jeune ado un peu débile. Et puis j'ai redécouvert Zola à la fac avec L'oeuvre que j'ai adoré. J'aimerais beaucoup effacer mes premières impressions de lecture de L'assommoir pour me replonger dedans avec un esprit clair et beaucoup plus apte à apprécier ce grand texte.

*

La gloire de mon père - Marcel Pagnol
Quand j'étais petite, je ne lisais presque pas de livres pour enfants, mais je lisais beaucoup de livres où les auteurs racontaient leur enfance. La gloire de mon père fait partie de ces livres que j'ai relu plusieurs fois à l'âge de neuf et dix ans, avec ses suites, Le château de ma mère, Le temps des secrets, Le temps des amours... Pendant longtemps, les souvenirs de Pagnol ont inspiré mes jeux d'enfants à la campagne avec mes cousines. Pendant longtemps, j'ai refusé de le relire parce que tout me restait trop en mémoire... Mais à presque 26 ans, je pense pouvoir bientôt le relire avec la fraîcheur d'une première découverte!

*

L'Ombre du Vent - Carlos Ruiz Zafon
Je vous ai fait une chronique de L'Ombre du Vent ici, il y a déjà un moment. Ce fut une lecture enchanteresse qui m'a véritablement transportée, et je sais que toute relecture sera gâchée par ma connaissance de l'intrigue à venir. Une des lectures-surprises les plus épanouissantes de ma jeune vie.

*

Le Horla - Maupassant
Je ne sais plus ce qui m'a poussée à lire le Horla il y a de cela maintenant presque cinq ou six ans - la curiosité, le goût soudain que j'ai eu pour les nouvelles de Maupassant, un conseil d'amie - mais c'est une lecture que j'ai faite dans les conditions les plus propices. Je l'ai dévoré d'une traite en pleine nuit un soir d'orage où j'étais seule à la maison. Quand je l'ai eu fini, j'ai été hantée par le récit toute la nuit, persuadée que quelqu'un ou quelque chose était dans ma chambre. Je l'ai relu plusieurs fois depuis, sans ressentir ce frisson lié à une immersion trop intense dans un récit si sombre... 

*

Quatre sœurs - Malika Ferdjoukh
C'est avec cette série - dont je vous ai également déjà parlé - que j'ai découvert la littérature jeunesse contemporaine, et pendant toute une semaine j'ai suivi les aventures des cinq sœurs Verdelaine avec tendresse et beaucoup d'émotion. Ayant moi-même grandi dans une fratrie de trois sœurs (il paraît qu'on dit "sororie"), j'ai retrouvé pas mal de justesse et de véracité dans les sentiments des personnages et les petites aventures du quotidien qu'elles traversent ensemble. Un régal, et même si je pense que la magie opère à chaque fois, ça sera avec le charme d'une chanson qu'on connaît par cœur, et pas avec le coup de foudre du premier regard.

*

Sambre - Yslaire
J'ai découvert cette saga en seconde (douze ans déjà beu heu heu), et c'est elle qui m'a fait découvrir la bande dessinée pour adultes. J'ai entièrement adhéré à cet univers sombre, romantique et mélancolique qui a retourné mon petit cœur d'adolescente. Je suis toujours assidûment toutes les publications liées à cette fresque familiale et politique qui m'a marquée, malgré son côté très malsain (voir parfois carrément dégueu).

*

Paroles - Jacques Prévert
Je suis amoureuse de ce monsieur. C'est le premier recueil de poèmes qui m'a bouleversée, fait réfléchir et donné envie de lire plus de poésie. Petit extrait pour vous faire aimer sa poésie en apparence simple, qui prône le bonheur des petits plaisirs et la souveraineté de l'amour dans un monde qui fait tout pour paraître tout pourri.

Simples beautés

Une orange sur la table
Ta robe sur le tapis
Et toi dans mon lit
Doux présent du présent
Fraîcheur de la nuit
Chaleur de ma vie.

*

Cyrano de Bergerac - Edmond Rostand
Mais quel émerveillement lorsque, petite geekette du club théâtre que je suis, je me retrouve à lire cette pièce que je pensais chiante à en pleurer! Je tombe amoureuse des anachronismes, des personnages hauts en couleurs, des alexandrins traficotés pour donner l'impression d'être du dix-septième, j'aime les grandes scènes impossibles à représenter et les dialogues intimes et renversants de Cyrano, dans l'ombre, qui parle enfin avec son cœur... Je voulais vous mettre un extrait, mais je n'arrive pas à en choisir un, alors juste, lisez, vous verrez!

*

Peter Pan - J.M.Barrie
Je suis désolée mais je n'arrêterai jamais de vous en parler. La découverte littéraire la plus marquante que j'ai faite. Voilà.

*

Harry Potter à l'école des sorciers - J.K.Rowling
Je crois que je donnerais beaucoup de choses pour redécouvrir les aventures de Harry avec l'innocence de la première lecture. Ne pas savoir ce qui va se passer. Ne pas connaître certains passages par cœur. Me remettre à rire de bon cœur ou à pleurer à chaudes larmes en lisant certains chapitres. Ne pas analyser chacune de mes lectures, mais y plonger totalement, me laisser emporter par un récit dont je ne connais rien et qui, je ne le sais pas encore, va bouleverser ma vie. Maintenant, quand je relis Harry Potter, c'est pour revoir les détails sur le tableau global. Je connais cette saga si bien que je la relis comme on mange un gâteau qu'on connaît et qu'on adore. Mais rien qu'une fois, j'aimerais pouvoir relire le premier tome sans me souvenir de rien. 

*

Ce fut vachement plus long que ce que je pensais! Y a-t-il des titres parmi ceux-là que vous aimeriez également redécouvrir avec innocence et fraîcheur? Quels sont les livres que vous aimeriez redécouvrir?

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

samedi 17 janvier 2015

Petites brèves de librairie.

"Vous avez le livre Nos destins croisés...? Euh... Le problème de nos étoiles? Non... Rah, c'est un livre bleu!"
*
"Désolée Madame mais ce livre n'est plus en ray...
- ...OK j'irai sur Amazon."
*
"Mon fils de quatre ans vient de perdre sa grand-mère, je ne sais pas comment lui expliquer qu'il ne la verra plus..."
*
"Je cherche un livre... Bon, je n'ai plus ni le titre, ni l'auteur, je ne sais plus de quoi ça parle mais je sais qu'il est sorti le 17 octobre 2003 et qu'il mesure vingt-deux centimètres sur dix-huit."
*
"Je vous présente Martin, il a dix ans et il déteste lire. Aidez-le à trouver quelque chose qu'il lira jusqu'au bout, je vais faire mes courses et je reviens."
*
"J'offre une playstation 4 à mon fils pour Noël. Ma fille adore lire, alors je compte lui offrir l'équivalent du prix de la console en livres. Mademoiselle, nous avons donc un buget de 400€, au travail!"
*
"Je cherche Bel-Ami.
- Oui, quelle édition vous faut-il?
- Euh... Maupassant."
*
"Je voudrais le livre dont ils ont parlé il y a deux mois dans La Grande Librairie."
*
"Bonjour Mademoiselle! Oh non, non, je passais dans le magasin uniquement pour dire que les livres que vous m'avez conseillés ont fait un tabac auprès de mes enfants! Merci beaucoup!"
*
"On m'a offert un livre pour mon anniversaire mais je voudrais l'échanger. Voilà le ticket de caisse.
- Madame, il n'a pas été acheté ici, je ne peux pas vous faire l'échange.
- ...Mais vous l'avez bien en rayon, celui-là?
- Euh... oui?
- Donc vous pouvez me faire l'échange, je ne vois pas le problème!"
*
"Qu'est-ce que vous me conseillez comme bon bouquin qui ne fait pas trop bébé pour un petit de trois mois?"
*
"Mon fils doit lire Le Bourgeois malgré lui."
*
"Je voudrais vous commander Mein Kampf."
*
"J'aurais besoin d'un conseil, je ne sais pas quel livre sur la sophrologie choisir.
- Je vais essayer mais c'est loin d'être ma spécialité... Si vous voulez, mon collègue, qui s'occupe de ce rayon, revient dans cinq minutes, il pourra vous conseiller bien mieux que moi!
- Mais... Vous êtes bien libraire?
- Oui?
- Un vrai libraire connaît tous les rayons."
*
"Bonjour Madame! J'ai eu 10€ par la petite souris et j'ai très envie d'un super livre! Tu peux me dire lequel est trop bien?"
*
"Mademoiselle, j'ai douze petits-enfants. Voilà la liste de leurs âges et prénoms. Je reviens dans vingt minutes, vous me trouvez un bouquin pour chacun. N'importe quoi, je m'en fiche, tant que le budget ne dépasse pas 40€. Et si ça ne leur plaît pas, je reviens tout vous rendre et je ne remets plus jamais les pieds ici!"
*
"Je cherche un beau livre sur le whiskey pour mon beau-père... Oh les radins! 40€ pour un bouquin! Jamais je ne mettrai un prix pareil pour du papier, quelle arnaque!"
*
"Bonsoir Mademoiselle, je ne sais pas si vous vous souvenez de moi...
- Si, si! Alors, il a aimé In the after, votre filleul?
- Oh! Euh je... Oui! Oh! *étoiles dans les yeux*"

jeudi 15 janvier 2015

"Promets-moi d'être une jeune fille de treize ans normale et heureuse."

Gardiens des Cités Perdues, de Shannon Messenger
Résumé: 
Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à voix haute. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’Histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde. Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ? 
Gardiens des Cités Perdues faisaient tellement l'unanimité partout que j'ai voulu essayer, malgré les terribles pressentiments que j'avais. Ce ne fut pas aussi horrible que je pensais, mais y'a des choses qui piquent. Parlons-en donc.

Avant toute chose, l'histoire commence tout de suite. On a à peine le temps de cerner Sophie ("je suis trop intelligente, j'ai passé douze classes, j'ai pas d'amis, je me sens si différente") que ça y est, hop! Elle apprend qu'elle est une Elfe, qu'un monde parallèle existe avec des pouvoirs, des licornes, des dragons et l'Atlantide, qu'elle a un passé très sombre et qu'elle doit rejoindre une école. Voilà voilà. On arrive alors page trente.

Pfiou. J'ai été complètement déstabilisée par cette rapidité. Des dizaines de questions fusaient dans ma tête (mais qui sont ses vrais parents? que fait-elle là? pourquoi a-t-elle été envoyée chez les "Moldus"?), mais je n'ai eu la réponse à la plupart d'entre elles que des centaines de pages plus tard! Sophie se laisse trimbaler de famille en famille avec un petit pincement au cœur mais en finissant par accepter un peu trop vite tous ces changements. Ok, elle sentait bien au fond qu'il y avait un truc qui clochait chez elle, mais tout de même, un peu de révolte n'aurait pas fait de mal.

Et tous les nouveaux personnages semblent la prendre d'instinct en affection : les hautes instances de cet univers incroyable qui remuent ciel et terre pour lui trouver une famille d'accueil, un super mentor en télépathie qu'on a sorti de sa retraite juste pour elle et une tripotée de jeunes garçons d'à-peu-près-son-âge-mais-beaux/populaires/intelligents/qui-font-plus-vieux. 

Pour être honnête, je n'ai pas du tout adhéré au personnage de Sophie, que j'ai trouvé fade et sans personnalité. Elle m'a fait penser aux Mary-Sue des mauvaises fanfictions (wikipedia est ton ami). Désolée.

Et pourtant, il y a plein de choses qui sont très bien menées dans ce roman! Surtout l'univers, qui, s'il fait un peu arc-en-ciel à paillettes, fourmille de créatures magiques ou disparues, de réflexions écologiques et de détails sympathiques (des dinosaures recouverts de plumes comme le suggèrent les dernières découvertes scientifiques par exemple).

L'intrigue, quant à elle, si on la perd un peu de vue avec tous ces détails et la rapidité du récit, tient la route et promet d'être une belle aventure dans les tomes suivants, même si le lecteur aguerri devinera plusieurs choses bien avant Sophie.

Ce premier volet est donc une introduction efficace et sans fioritures à un univers et un récit qui tentent d'être originaux malgré une concurrence féroce. Si je comprends tout à fait que ce roman (destiné de toute évidence aux filles préados) puisse plaire à son public cible, et ce pour de très bonnes raisons, je ne saisis toujours pas l'ampleur du succès qu'il a rencontré chez des lectrices adultes. Malgré le peu de sympathie que je porte au personnage de Sophie, c'est un très bon roman d'aventures à faire découvrir aux jeunes lectrices.

mardi 13 janvier 2015

Les livres achetés en 2014 que j'ai honte de n'avoir pas encore lus! - {TTT}

Hum alors pour ce nouveau Top Ten Tuesday, j'ai d'abord dû faire le tri dans tous les livres que j'ai et que je n'ai pas lus pour détacher ceux achetés en 2014 des autres... Ahem. J'ai eu des bouffées d'angoisse en plongeant dans ma bibliothèque et en voyant tout ce que j'ai et que je n'ai pas encore lu. Argh. Bref. Voilà les dix livres qui m'attendent patiemment dans ma pilalire et que je me suis offert l'an dernier!

Cliquez sur les couvertures pour accéder aux résumés sur Livraddict!

 

Voilà voilà... Les avez-vous lus? Par quoi me conseillez-vous de commencer? Quoiqu'il en soit je suis en mode frénésie de lecture et j'espère pouvoir arriver au bout de ces dix romans d'ici quelques mois!

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

lundi 12 janvier 2015

"La mort n'est qu'un service rendu à la vie pour qu'elle se renouvelle et continue."

Les deux messieurs de Bruxelles, Eric-Emmanuel Schmitt

Quatrième de couverture: 
Un recueil de 5 nouvelles sur le mystère des sentiments inavoués. Souvent, l’architecture d’une vie est composée de passions invisibles, qui ne se diront jamais, que personne ne devinera, inaccessibles parfois même à celui qui les éprouve. Et pourtant, quoiqu’obscurs, ces sentiments sont réels ; mieux, ils construisent la réalité d'un destin. 
Avec délicatesse, Eric-Emmanuel Schmitt dévoile les secrets de plusieurs âmes. Une femme entretenue et gâtée par deux hommes qu’elle ne connaît pas. Un héros qui se tue à la mort de son chien. Une mère généreuse qui se met à haïr un enfant. Un couple dont le bonheur repose sur un meurtre. Un mari qui rappelle constamment sa nouvelle femme au respect de l’époux précédent… «En amour, on croit être deux alors qu’on est trois.»
Eric-Emmanuel Schmitt fait partie des quelques auteurs dont j'ai lu beaucoup de choses. Je m'empare généralement de l'un de ses ouvrages dans une librairie avant de prendre un train ou quand je pars en vacances, et je le dévore en quelques heures. Je vous avais déjà parlé de La femme au miroir, cette fois-ci, on discute d'un recueil de nouvelles. Exercice difficile que de faire la chronique de cinq textes en même temps, mais je tente!

Schmitt nous parle d'amour, comme toujours. Cette fois-ci, il met en scène des personnages (couples, mère et enfant, maître et chien) dont l'affection mutuelle est due à l'existence d'une tierce personne. La première nouvelle, "Les deux messieurs de Bruxelles", qui donne son titre au recueil, nous parle d'un couple gay qui, par pur hasard, se retrouve à suivre de loin la vie d'un couple hétéro après avoir discrètement piraté leur mariage. Ils s'éprennent follement pour le jeune fils du couple jumeau et, de loin, essaie de rendre sa vie et celle de sa mère plus douce. C'est un très joli texte en forme de fable qui termine en conte de fées.

Les quatre autres nouvelles suscitent chacune des émotions différentes chez le lecteur, mais terminent presque toutes sur cette note attendrissante qui nous dit que peut-être, au fond, l'être humain peut être à la fois complexe et formidable. Dans "Le chien", un homme qui a toujours eu le même chien toute sa vie (la même espèce, hein, pas un chien de soixante ans!) commet un acte surprenant et absurde à la mort du dernier : il se suicide. Sa fille, qui s'est toujours sentie moins importante aux yeux de son père que son chien, essaie de découvrir, avec l'aide du narrateur, l'origine de cette passion incongrue et incompréhensible. Nous plongeons alors des décennies en arrière, pendant la Shoah, et on découvre alors que l'amour d'un chien peut sauver un homme.

Les trois dernières nouvelles m'ont beaucoup moins marquée. "Ménage à trois" est menée sur un ton presque burlesque, Schmitt nous cachant l'identité des personnages jusqu'à la fin, et on est agréablement surpris lorsqu'elle nous est révélée, donnant la clé pour comprendre tout le texte. Le ton pincé et frustré de la veuve lorsque son nouveau mari s'éprend des compositions de l'ancien est un délice.

"Un cœur sous la cendre", est peut-être la plus longue des nouvelles et la moins gaie. Une mère, en plein conflit avec son fils adolescent, se met à frôler les frontières de la folie lorsque celui-ci meurt et que, le même jour, son neveu qu'elle adore reçoit enfin le nouveau cœur dont il avait cruellement besoin. Ce cœur qui va permettre à son filleul adoré de survivre est-il celui de son fils? Peut-elle pardonner à un garçon de vivre grâce à la mort d'un autre? Une nouvelle poignante, certes, mais le personnage principal et son tiraillement entre culpabilité et soulagement sont très lourds et contrastent avec le reste du recueil. La fin, douce et tendre, m'a surprise, car le ton employé par Schmitt me préparait à une tragédie.

La dernière nouvelle, "L'enfant fantôme", est celle qui m'a le moins marquée. Un couple qui avait décidé, après des dizaines de tentatives, de ne pas donner naissance à l'enfant atteint d'une maladie génétique qu'ils étaient sur le point de mettre au monde, sont sauvés d'un accident de ski grâce à une jeune fille atteint de la même maladie. La culpabilité les mène à s'ignorer mutuellement pour le reste de leurs vies. Le malaise suscité par ma lecture vient de ce qu'on ne sait pas si Schmitt condamne l'avortement ou s'il voulait juste jouer avec ses personnages en leur infligeant une cruelle coïncidence.

Quoiqu'il en soit, les cinq nouvelles se lisent toutes seules, comme d'habitude, et l'on s'étonne d'arriver à la fin du recueil. Les personnages ont comme toujours une personnalité parfaitement creusée (quelques mots suffisent à les cerner) et on les côtoie quelques pages en ayant l'impression de les avoir toujours connus. Je n'avais pas lu de Schmitt depuis des mois, aussi ai-je été moins agacée par sa bienveillance systématique et son optimisme intarissable dès qu'il parle de l'humanité pour qui il a, de toute évidence, une fascination d'amant fidèle.

De jolies textes que je recommande à ceux qui ont besoin d'une parenthèse de douceur.

samedi 10 janvier 2015

"Je venais juste de me résigner à vivre une vie ordinaire, quand des événements extraordinaires se sont produits."

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs

Petit résumé: 
Jacob est un ado comme les autres, excepté qu'il se pose des questions sur son mystérieux grand-père. Quelles sont ces étranges photos d'enfants qu'il lui montrait quand il était petit ? Les histoires qu'il lui contait sur eux étaient-elles vraies? Et pourquoi disparaissait-il aussi souvent ?
Tout s'accélère le jour où il le retrouve blessé dans son jardin. Jacob a vu des monstres, il en est sûr, et personne ne veut le croire. Il ne lui reste qu'à suivre les dernières instructions qu'a murmuré son grand-père avant de rendre son dernier souffle...
Ne nous voilons pas la face, comme tout le monde, je m'en fichais un peu de l'histoire et j'ai craqué pour ce superbe livre. Agrémenté de véritables photos dénichées par l'auteur dans des vides-greniers, dans des collections privées ou bien par pur hasard, ce livre aux délicieux accents d'étrange nous donne le sentiment de revenir à l'époque des freaks shows et des cirques un peu flippants. 

Et puis après je l'ai lu. 

Jacob décide de ne plus croire les histoires que son grand-père lui raconte depuis tout petit, peuplées de personnes aux pouvoirs étrangers : un garçon qui hébergeait des abeilles dans son ventre, une petite fille qui volait et qu'on devait toujours attacher à la cheville... Il est grand maintenant, a bien compris que son grand-père s'était inventé ces histoires pour occulter les horreurs de la Shoah dont il fut presque une victime, et son plus grand souci, c'est de savoir ce que l'avenir lui réserve dans sa vie d'ado américain sans talent particulier. 

Un soir, cependant, il retrouve son grand-père à moitié-mort dans son jardin et aperçoit l'un des monstres dont le vieil homme lui parlait. Son entourage le croit devenu fou, victime d'une dépression nerveuse. Jacob lui-même finit par s'en convaincre. Afin de faire une croix sur ces hallucinations, il demande à son père de l'emmener sur la petite île européenne où son grand-père a été réfugié pendant la guerre, histoire de mener l'enquête et de déterminer si oui ou non toutes ces histoires étaient du vent.

Le récit ne démarre vraiment qu'à ce moment-là, il faut donc un moment pour se plonger dans l'histoire et rester accroché, mais la mayonnaise finit par prendre et l'on suit Jacob au fil de son enquête. On découvre un orphelinat caché dans le temps et dans l'espace, peuplé d'enfants perdus aux capacités incroyables. Jacob lui-même découvre qu'il est aussi un peu particulier, et se retrouve malgré lui au cœur d'un combat qui le dépasse complètement.

Si j'ai eu du mal à entrer dans le roman, j'ai adoré l'univers de Ransom Riggs. Il a le don de créer des atmosphères mystérieuses ou terrifiantes, et on apprécie les frissons qui parcourent la nuque au fur et à mesure de la lecture. Les derniers chapitres terminent dans un véritable cliffhanger très frustrant : on sent que le roman devait continuer, mais qu'il a fallu couper quelque part, et l'on se retrouve avec l'impression de n'avoir lu que la moitié d'une histoire.

Heureusement pour moi, le second tome est déjà sorti et m'attend dans ma pilalire... Je vous dirai très bientôt si la suite vaut le coup, car je pense que c'est le genre de série qu'on ne peut juger que dans son ensemble, le premier tome étant peut-être trop riche ou trop flou pour savoir quoi en dire!

jeudi 8 janvier 2015

"9. Parfois, pour être soi-même, il faut s'oublier et devenir quelqu'un d'autre."

Humains, de Matt Haig
Titre original : Humans. Lu chez Hélium.

Quatrième de couverture:  
La condition humaine... Vue par un extra-terrestre.
Un extra-terrestre débarque sur Terre pour prendre la place et l'apparence du professeur Andrew Martin, éminent mathématicien de l'Université de Cambridge qui a résolu une équation majeure pour l'avenir de l'humanité.
Ses impressions sont loin d'être positives: il est dégoûté par la façon dont les humains le regardent, par ce qu'ils mangent, par la facilité avec laquelle ils assassinent et font la guerre. L'extra-terrestre est tout aussi déconcerté par les concepts d'amour et de famille, qui lui sont totalement étrangers. Pourtant, plus le temps passe, plus il commence à apprécier certaines facettes de cette étrange espèce...
Un beau matin d'août, je descends mon petit chariot de nouveautés pour les ranger en magasin, et je ne me doute pas qu'au fond de l'un d'eux se dissimule, tapi dans l'ombre, un roman qui va me faire passer un superbe moment de lecture. Humains est, comme je vous l'ai dit en début de semaine, l'un de mes gros coups de cœur de l'année 2014. Et oui, enfin, je vous en parle. Oh ça va hein, ne me faites pas ces yeux-là!

Le résumé au dos du livre n'est pourtant pas le plus aguicheur qui soit, mais j'ai fini par craquer quand Sylvie, la libraire chez qui j'ai fait mon stage, me l'a rudement conseillé. Ni une, ni deux, plouf! J'ai plongé dedans.

Le récit est un peu long à démarrer : on se retrouve projeté dans l'esprit d'un extraterrestre dont la mission est d'incarner un professeur de mathématiques, de mener l'enquête auprès de ses proches et d'abattre quiconque aurait eu vent de sa découverte. Il faut dire que notre narrateur a une bien piètre opinion des humains : contrairement à nous, Monsieur est immortel, n'a aucune attache et regarde avec dégoût notre physique, nos guerres, nos repas et notre espèce toute entière. Autant dire qu'on a beaucoup de mal à s'attacher à lui. Team humains, bitches.

Et puis petit à petit, son séjour parmi nous le mène à s'interroger sur des questions métaphysiques qui nous traversent tous un jour, mais qui le surprennent car il n'a jamais vécu de crise existentielle.

Soudain, de farce ironique qui jette un regard amer sur notre monde, on passe à une fable métaphysique qui pose les vraies questions et propose quelques réponses. Qu'est-ce qui compte vraiment? A quoi ça sert, l'amour? Que faut-il chérir?

D'aucun peut penser que le roman se termine un peu trop bien, un happy ending facile, mais j'ai refermé mon livre avec une sensation d'apaisement très agréable. Le passage des "conseils à un humain" que donnent l'imposteur à son faux fils est un véritable morceau de bravoure que j'ai relu une vingtaine de fois depuis.

Beaucoup de petites vérités, de douces surprises et d'émerveillement dans Humains. Ne vous fiez pas à son look de SF des seventies : c'est une jolie histoire, en fin de compte, qui vous nourrit d'optimisme.

Je m'interroge cependant toujours sur la raison pour laquelle ce roman a terminé en jeunesse. Je ne le conseille en librairie qu'à partir de quatorze ou quinze ans (il y a un petit peu de sexe, un petit peu de langage hard et des interrogations un petit peu poussées), mais je suis persuadée qu'un lecteur adulte y prendra aussi du plaisir. Peut-être que ce choix éditorial a été guidé par l'espèce de fin en forme de morale, je ne sais pas. Quoiqu'il en soit, je recommande chaudement la lecture de ce petit ovni à quiconque veut déguster une chouette surprise!

mardi 6 janvier 2015

Les livres lus en 2014 - {TTT}

Pour 2015, c'est décidé, je ne tiens plus de résolutions! Je suis incapable d'être active par ici de façon régulière, il faudra que le monde s'y fasse, moi la première. Mais une promesse : même si vous ne me voyez pas tout le temps, je suis là et j'y reste!

En attendant de nouvelles chroniques (qui arrivent, promis!), je participe pour la première fois au Top Ten Tuesday (infos plus bas dans le post!). Le thème de cette semaine, c'est les 10 livres qu'on a préféré en 2014. Le choix fut cornélien, car j'ai dévoré pas moins de 136 ouvrages cette année! Mais après tergiversations, voilà mes sélectionnés sans ordre particulier.

Humains de Matt Haig
Cette lecture a été étrange... Après avoir difficilement passé les cinquante premières pages, je me suis plongée dans ce roman en forme de fable qui nous pousse à la réflexion et à décider de ce qui compte vraiment. Ça commence comme une farce ironique et ça termine avec tendresse et beauté. J'ai adoré. Je vous en parle bientôt.


Le Manoir d'Evelyne Brisou-Pellen
Je ne vais pas m'étaler sur cette série, car je vous en ai déjà parlé par ici. Je me suis procuré le troisième tome au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil, où je l'ai fait dédicacé!


Autre-Monde de Maxime Chattam
Le sixième tome de cette série est sorti cette année, et quand, dans ma librairie, j'ai vu le sous-titre, Neverland, je me suis dit que je devrais aimer. J'ai donc pris le premier tome... Et je l'ai dévoré! Je n'ai toujours pas compris pourquoi c'est classé en "adultes" - un choix éditorial sans doute fait pour éviter aux fans de Maxime Chattam de fuir ce titre. Une très bonne série de SF/fantasy! J'en suis au troisième tome et je pense vous en parler très bientôt aussi.


Bride Stories de Kaori Mori
En 2014, j'ai recommencé à lire des mangas. J'ai commencé Bakuman, City Hall, Silver Spoon... Mais je suis tombée amoureuse de Bride Stories, des dessins finement travaillés, aux détails vertigineux, et au récit conduit avec finesse et authenticité. Je suis quasiment à jour dans la série, et je l'aime de tout mon petit cœur.


Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs
Le second tome m'attend impatiemment dans ma pilalire. J'ai adoré ce roman fantastique, que ce soit dans le fond (le récit est rondement mené, ponctué de suspense et de mystère) et dans la forme (les photographies vintage qui parsèment le livre sont un délice pour l'imagination). Une lecture qui ne laisse pas indifférent, et qui me rappelle l'ambiance de The Night Circus.


Charlotte's Web de E.H.White
Je ne sais pas quoi vous dire de plus que ce que j'ai déjà dit ici. Un petit bijou. A lire absolument.


L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S.Spivet de Reif Larsen
Une très jolie lecture, dépaysante à souhait, dont je vous ai parlé ici. Le Père Noël m'a offert le grand format-trop-beau-de-la-mort, je suis joie.


Les Malheurs de Millie Plume de Jacqueline Wilson
Un grand coup de cœur pour ce roman que je ne cesse de vendre à tours de bras dans ma librairie! J'essaie de le faire découvrir au maximum de jeunes filles... Si vous voulez savoir pourquoi, je vous invite à lire mon petit dossier sur les petites filles indépendantes! :)


Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee
Peut-être l'une de mes lectures les plus enrichissantes de l'année. Je l'ai dévoré de bout en bout et j'espère trouver bientôt le temps de le relire pour le déguster à nouveau. J'en parle plus longuement aussi dans mon petit dossier sur les petites filles indépendantes.


La Voleuse de Livres de Markus Zusak
Il faut absolument que je relise celui-ci aussi. J'ai regardé le film il y a quelques semaines et ça m'a donné envie de côtoyer de nouveau Liesel, Rudy et tout leur quotidien difficile et tourmenté. Un grand instant de lecture que je ne saurais conseiller suffisamment!


2015 s'annonce très prolifique niveau lecture. Au moment où je vous écris, il y a à côté de moi une pile de 8 romans empruntés à ma librairie que je dois lire le plus rapidement possible. Bien sûr, m'occupant du rayon jeunesse, je vais beaucoup vous parler de romans destinés à ce public. J'essaierai de caser régulièrement une fiction plus adulte, une bande dessinée, un manga. Mais je pense que me plonger plusieurs mois uniquement dans la jeunesse nous permettra de réfléchir ensemble à ce marché, la façon dont il est traité par les éditeurs et ce qu'en pense le grand public.

Bonne année à tous, et je vous promets, à très vite!

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.